•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers un registre provincial des chiens dangereux?

Un chien jappant, la gueule ouverte.

Un chien de type doberman

Photo : iStock / cynoclub

Radio-Canada

Trois femmes victimes d'attaques de chiens souhaitent que Québec implante un registre provincial des morsures de chiens afin de mieux identifier les races qui s'attaquent aux humains.

Dans une tentative ultime d'influencer le futur cadre réglementaire entourant l'application de la loi sur l'encadrement des chiens, Dominique Alain et Geneviève Piacentini, qui ont été victimes d'attaques de chiens ces derniers mois, et Lise Vadnais, dont la soeur a été tuée par un pitbull en 2016, ont dévoilé publiquement vendredi sept recommandations faites au gouvernement Legault.

Trois femmes devant des buissons.

Toutes trois victimes d'attaques de chiens, Geneviève Piacentini, Lise Vadnais et Dominique Alain font front commun pour resserrer la loi sur les chiens dangereux.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Les trois femmes disent vouloir « rétablir une équité et responsabiliser les propriétaires de chiens dangereux », peut-on lire dans un document transmis par le député caquiste d'Orford, Gilles Bélanger, au ministère de la Sécurité publique et obtenu par Radio-Canada.

Moi, j'ai des séquelles physiques, j'ai des difficultés avec mon retour au travail, j'ai dû m'acheter une nouvelle voiture, parce que je ne peux plus conduire une manuelle, je n'ai plus de triceps [...] j'ai une qualité de vie qui m'a été enlevée... Ce sont des choses qui sont à considérer. Il y a une responsabilité par rapport à ça, et ça revient à celui qui possédait les chiens, fait valoir Dominique Alain, qui a été attaquée au printemps alors qu'elle joggait à Potton.

Outre le registre provincial, les trois victimes souhaitent notamment que tous les propriétaires de chiens soient obligés de détenir une police d'assurance responsabilité et qu'ils doivent en faire la preuve lors de l'enregistrement de leur bête auprès de la Municipalité.

Les compagnies d'assurance vont étudier les risques par rapport à certaines races de chien, ça, c'est la réalité. Un chien peut être agressif, mais pas dangereux dû à sa taille. Un chihuahua ne sera pas dangereux. [...] Les compagnies vont proposer différents plans finalement en fonction des chiens, explique Mme Alain, qui dit avoir elle-même une assurance pour son chien.

Un chien, c'est un animal... un animal qui a des dents qui peut être imprévisible et qui peut causer des blessures. Ça représente un risque.

Dominique Alain, victime d'une attaque de chiens

Quatre autres recommandations

  • Qu'un chien soit considéré comme dangereux et euthanasié s'il a attaqué et mordu une personne
  • Qu'un chien soit considéré comme dangereux et euthanasié s'il attaque et cause des blessures graves à un autre animal
  • Que tous les organismes d'adoption et les éleveurs déclarent à leur municipalité l'adresse du propriétaire qui adopte un chien
  • Que les organismes d'adoption remettent au nouveau propriétaire d'un chien un dossier comprenant de l'information entre autres sur l'ancien propriétaire et sur la raison de la mise en adoption.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, avait donné un aperçu en mai dernier des règles auxquelles devront se plier tôt ou tard les propriétaires de chiens, les municipalités et les vétérinaires pour assurer la sécurité du public.

Des consultations ont été effectuées au cours des semaines suivantes afin de peaufiner le cadre d'application de la loi. Ce dernier doit être adopté prochainement par le conseil des ministres.

Estrie

Politique provinciale