•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reine Samson Dawe, mère de la Croix d'argent : une vie de devoir et de service

Reine Samson porte le coquelicot et la Croix d'argent.

Reine Samson Dawe, mère d'un soldat canadien mort en uniforme, a été choisie cette année pour recevoir la Croix d'argent.

Photo : Radio-Canada

Mathieu Gohier

Toute en côtes et bordée de lacs, la route pour se rendre chez Reine Samson Dawe au nord de Kingston, en Ontario, est à la fois belle et sinueuse. Un peu à l'image de la vie de celle qui déposera demain une couronne au pied du Monument commémoratif de guerre du Canada.

C'est que Mme Samson Dawe a été choisie cette année pour recevoir la Croix d'argent, remise annuellement à la mère d'un soldat canadien mort en uniforme.

Si elle n'a jamais été militaire, Reine Samson Dawe n'a pas moins consacré une bonne partie de sa vie à l'armée. Dans sa maison baignée de lumière au bord du lac Buck, les photos d'hommes en uniforme sont bien présentes. Ce n'est pas une surprise quand on sait que son mari Peter et leurs quatre fils, Matthew, Peter fils, Philipp et James, ont fait la totalité ou une partie de leur carrière dans les Forces armées canadiennes.

Reine Samson Dawe et Peter Dawe regardent des photographies dans leur maison. Sur ces photos, on voit notamment des hommes portant un uniforme militaire.

Reine Samson Dawe, choisie en 2019 pour recevoir la Croix d'argent, et son mari Peter Dawe

Photo : Radio-Canada

Dans la famille, le sens du devoir est omniprésent. C'est ce qui a poussé le cadet, Matthew, à servir en Afghanistan.

Après une première mission, rien ne pouvait l'empêcher d'y retourner. Pas même une déchirure du tendon d'Achille, raconte sa mère.

Ils l'ont vu en clinique et ils ont dit : "Désolé Matthew, mais tu ne peux pas y aller. Ça va prendre un an à récupérer". On lui a offert de rattacher [le tendon] ou de faire de la réhabilitation graduelle. Il a dit : "Rattachez-le et je vous garantis que je vais être prêt". Au bout de quatre mois, il était prêt à partir, relate-t-elle.

Le deuxième séjour du capitaine d'infanterie Matthew Dawe, qui était commandant de peloton, aura été fatal. Le 4 juillet 2007, une bombe téléguidée par les talibans explose sous son véhicule à une vingtaine de kilomètres de Kandahar. Les sept personnes à bord, six soldats et un interprète, sont tuées.

Douze ans plus tard, la douleur est toujours là, mais ses parents sont aujourd'hui capables d'évoquer avec bonheur leurs plus beaux souvenirs de Matthew.

Plusieurs photos sont posées sur une table. Une, au centre, montre un homme portant un uniforme militaire et tenant un jeune enfant.

Une photographie de Matthew Dawe, capitaine d'infanterie mort en uniforme, avec son fils Lucas

Photo : Radio-Canada

Il est mort le jour du deuxième anniversaire de son fils Lucas. C'est aussi pour lui que les grands-parents gardent le moral.

J'ai huit petits-enfants et, moi, je voulais qu'ils viennent chez grand-maman et grand dad et qu'ils s'amusent, qu'ils ne trouvent pas une maison en deuil, explique Reine Samson Dawe.

Poursuivre la mission

Mme Samson Dawe l'admet, elle a mis du temps avant de se remettre de la mort de son fils. Mais au lieu de se laisser emporter par l'amertume et la colère, elle a plutôt choisi de canaliser son énergie positivement.

Aujourd'hui à la retraite, elle consacre beaucoup de temps à l'organisme sans but lucratif Canadian Women for Women in Afghanistan, un groupe qui fait la promotion de l'éducation des femmes afghanes.

Au lieu d'en vouloir au pays où son plus jeune a perdu la vie, elle a choisi de poursuivre une partie de sa mission.

Si on fait un effort, surtout pour éduquer les femmes, il y a un effet positif qui descend vers la population très rapidement, dit-elle.

On ne peut pas tous être soldats, mais on peut tous aider en appuyant des causes.

Reine Samson Dawe
Matthew Dawe en tenue militaire et ses parents, Reine Samson Dawe et Peter Dawe.

Reine Samson Dawe avec son mari Peter Dawe et leurs fils Matthew Dawe.

Photo : Courtoisie / Famille Samson Dawe

Un rôle à jouer

Recevoir la Croix d'argent vient avec certaines responsabilités. Comme les autres avant elle, Reine Samson Dawe participera à de nombreuses cérémonies pendant une année complète et accordera des dizaines d'entrevues.

Si elle a accepté de recevoir la décoration, c'est d'abord et avant tout pour mieux faire connaître la vie militaire et pour changer certaines perceptions.

Quand les gens pensent aux militaires qui ont perdu la vie ou qui reviennent blessés physiquement ou mentalement, souvent, on sent une espèce de pitié. Ils ne méritent pas la pitié, ils méritent beaucoup plus que ça : le respect, la reconnaissance, la gratitude, affirme-t-elle.

En déposant une couronne au pied du Monument commémoratif de guerre du Canada, Mme Samson Dawe aura bien sûr une pensée pour son fils, mais elle le fera surtout pour les autres familles militaires endeuillées.

Je vais me concentrer sur le fait que je ne suis pas là pour moi [...] Quand je vais déposer la couronne, il y aura un petit coin pour Matthew, mais la [plus grande part] de celle-ci sera pour toutes les autres mères, souligne-t-elle.

Pour elle et pour toute sa famille, le dévouement est quelque chose qui se vit jusqu'au bout.

Forces de l'ordre

Société