•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exo utilisera une voie de contournement pendant les travaux dans le tunnel du mont Royal

Certains trains de banlieue auront la priorité sur un tronçon habituellement réservé au transport industriel.

Un train s'approchant de la station Canora.

Le service de train de banlieue d'exo sera fortement perturbé à compter du 6 janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

Devant la grogne et l'inquiétude des usagers, de nouvelles mesures d'atténuation seront mises en place pour les lignes de train de banlieue qui seront touchées par la fermeture du tunnel sous le mont Royal, prévu pour le 6 janvier 2020.

Ces mesures ont été annoncées en conférence de presse, vendredi matin, en présence de nombreux dignitaires réunis à la gare Centrale de Montréal.

Aux heures de pointe, trois des cinq trains de la ligne Mascouche-Montréal (no 5) pourront notamment emprunter une voie de contournement qui permettra à leurs passagers de se rendre directement au centre-ville, comme c'est le cas actuellement.

Exceptionnellement, le CN a accepté de céder la priorité aux trains de banlieue sur un parcours habituellement réservé aux trains de marchandises.

Le nouveau trajet, qui passera par le sud-ouest de Montréal, sera toutefois plus long de 30 minutes que le service actuel.

Les usagers des autres trains utilisant la ligne no 5 devront se résoudre à effectuer une correspondance à la station Sauvé pour rejoindre la ligne orange du métro, mais Mobilité Montréal déconseille cette solution en raison de la saturation de cette portion du réseau.

Il leur sera donc recommandé de renouer avec l'autobus. Des navettes seront offertes à partir des gares de Mascouche, Terrebonne et Repentigny vers la station de métro Radisson, sur la ligne verte.

Une carte de l'île de Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La voie de contournement prévue pour les usagers de la ligne Mascouche-Montréal passe par l'Ouest-de-l'Île.

Photo : ARTM

Mais la fermeture du tunnel du mont Royal compliquera encore plus la vie des utilisateurs de la ligne no 6, entre Deux-Montagnes et Montréal, qui sont presque quatre fois plus nombreux que ceux de la ligne no 5.

Comme le service sera interrompu au sud de la station Bois-Francs, les usagers qui souhaiteront poursuivre leur route vers le centre-ville devront monter dans une navette qui les conduira à la station de métro Côte-Vertu, puis prendre la ligne orange jusqu'à la station Bonaventure. Et ils devront faire l'inverse chaque soir.

Ces changements pourraient faire doubler le temps de déplacement des usagers, reconnaît la ministre déléguée aux transports et à la région métropolitaine, Chantal Rouleau. Mais selon elle, il n'y avait pas d'autres solutions.

On sait qu'il y a une transformation des habitudes, c'est certain, et [que] le trajet sera plus long que ce qui existait avant, a-t-elle admis, ajoutant que le temps de déplacement prévu demeurait quand même très concurrentiel par rapport à la voiture.

Ce qu'on souhaite, c'est que les gens embarquent et puissent nous faire part, [...] au fur et à mesure, de ce qui fonctionne et de ce qui fonctionne moins.

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux transports et à la région métropolitaine

La ministre a néanmoins annoncé vendredi que le nombre de liaisons par autobus en dehors des heures de pointe entre Deux-Montagnes et le centre-ville de Montréal sera presque doublé à compter du 6 janvier 2020. Ce service sera direct pour les usagers des gares Deux-Montagnes et Grand-Moulin jusqu'au terminus Centre-Ville, à proximité de la station de métro Bonaventure et de la gare Centrale.

De plus, un service de navette sera instauré entre la gare de Deux-Montagnes et celle de Sainte-Thérèse, ce qui permettra aux usagers de la ligne no 6 d'utiliser la ligne no 2 (Saint-Jérôme-Montréal) qui, elle, ne sera pas touchée par la fermeture du tunnel du mont Royal. Cette navette comptera quatre départs le matin et quatre autres l'après-midi.

La fermeture du tunnel du mont Royal, qui devrait durer deux ans, est rendue nécessaire par les travaux du Réseau express métropolitain (REM).

L'ensemble des mesures d'atténuation prévues par le gouvernement du Québec et CDPQ Infra – le promoteur du REM – avoisine les 200 millions de dollars.

La pleine exploitation du REM est prévue pour 2023.

Avec la collaboration d'Olivier Bachand

Grand Montréal

Transport en commun