•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève possible des enseignants de l'élémentaire dès le 25 novembre

Une enseignante montre quelque chose à deux élèves sur une tablette.

Les enseignants anglophones de l'élémentaire en Ontario ont déjà donné un mandat de grève à leur syndicat, en cas d'échec des pourparlers contractuels.

Photo : Getty Images / iStock/gpointstudio

Radio-Canada

Les enseignants anglophones du primaire en Ontario pourront débrayer dès le 25 novembre, si une entente de principe n'est pas conclue d'ici là avec le gouvernement.

Ce compte à rebours administratif de 17 jours a été déclenché, vendredi, à la requête de la Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO).

Le syndicat espère que ça incitera la province et les conseils scolaires à prendre « au sérieux » les négociations pour le renouvellement de la convention collective échue depuis le 31 août.

Les membres du syndicat ont déjà donné à leurs représentants un mandat de grève, en cas d'échec des pourparlers contractuels.

La FEEO se bat pour des investissements en éducation, pas des coupes, mais le ministre de l'Éducation de Doug Ford, Stephen Lecce, n'écoute rien.

Sam Hammond, président de la FEEO

Parmi les enjeux, selon la FEEO : la taille des classes, le problème de violence en classe et la sécurité d'emploi.

Le ministre Lecce a affirmé par le passé que son gouvernement a été « raisonnable et constructif » à la table de négociation.

Il a incité les enseignants à conclure un accord à la table de négociation et d'éviter une grève, comme ça a été le cas récemment pour les employés de soutien dans les écoles.

Jeudi, la province a toutefois adopté une loi limitant toute hausse de salaire à 1 % par année pour les employés du secteur public, une mesure qui a soulevé l'ire des syndicats d'enseignants.

Les enseignants catholiques anglophones et ceux des écoles secondaires anglaises, qui négocient aussi avec le gouvernement pour le renouvellement de leur convention collective, organisent des votes de grève ce mois-ci. L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) n'a pas annoncé de tel vote pour l'instant.

Toronto

Éducation