•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prêtre anglican accusé d'agressions sexuelles meurt à l'hôpital

Gordon William Dominey dans les années 1980 et en 2016.

Gordon William Dominey est mort en Colombie-Britannique, où il vivait depuis 1990 (archives).

Photo : Police d'Edmonton

Radio-Canada

Le prêtre Gordon William Dominey, 67 ans, est mort à l'hôpital. Il était accusé d'avoir agressé sexuellement neuf jeunes détenus dans les années 1980, lorsqu’il travaillait dans un établissement correctionnel à Edmonton. 

Le cancer de Gordon William Dominey avait été diagnostiqué en 2017. Depuis, le prêtre anglican était traité par chimiothérapie en Colombie-Britannique. Il avait été conduit d'urgence à un hôpital de Burnaby, où il est décédé jeudi.

En raison de l’état de santé de l'accusé, le procès de ce dernier avait été reporté à deux reprises, dont la semaine dernière. 

Gordon William Dominey faisait face à 18 chefs d'accusation d'agression sexuelle et à neuf chefs de grossière indécence. 

De 1980 à 1990, il avait été prêtre au diocèse anglican d'Edmonton. C’est là qu’il avait été engagé par la province de l'Alberta pour travailler avec de jeunes détenus dans un établissement correctionnel entre 1985 et 1989.

Transféré au diocèse de New Westminster, en Colombie-Britannique, en 1990, il avait travaillé dans plusieurs églises avant d’être arrêté à Coquitlam en 2016. Le diocèse l’avait alors placé en congé administratif. 

Une action en justice avait été intentée devant la Cour du Banc de la Reine contre le prêtre, mais aussi contre le diocèse anglican d'Edmonton et la province de l'Alberta. Une requête de recours collectif avait été déposée

À la suite de l’annonce du décès de Gordon William Dominey, l’avocat qui représente les victimes présumées a fait une déclaration. Mes clients restent déterminés à tenir pour responsables les personnes à l’origine des abus qu’ils ont subis. Le décès du prêtre Dominey représente une occasion pour le diocèse et l’Alberta de faire une bonne chose – une chose morale – et de régler ce dossier.

Le porte-parole du diocèse d’Edmonton n'a pas souhaité commenter.

Avec les informations de Paige Parsons

Alberta

Procès et poursuites