•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des graffitis hostiles aux touristes à Québec

Un graffiti haineux sur un bâtiment du quartier Saint-Jean-Baptiste à Québec

Le message haineux a été réalisé à l’intersection de la rue Saint-Olivier et la côte Sainte-Geneviève, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Hadi Hassin

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) enquête sur un graffiti invitant à « tuer plus de touristes » apparu il y a quelques semaines sur un bâtiment du quartier Saint-Jean-Baptiste.

C’est une citoyenne qui a avisé les policiers le 30 septembre dernier, avant de déposer une plainte.

Le message haineux a été réalisé à l’intersection de la rue Saint-Olivier et la côte Sainte-Geneviève. Il est accompagné de l'acronyme ACAB, slogan de l'anglais All cops are bastards.

Un autre graffiti apparu sous la porte Saint-Jean, dans le Vieux-Québec, dans la nuit de jeudi à vendredi, est également sous la loupe des policiers. Celui-ci invitait les touristes à « rentrer chez eux ».

Un graffiti invite les touristes à rentrer chez eux

La hausse du nombre de touristes dans le Vieux-Québec entraîne bien sûr son lot de problèmes pour les résidents du secteur.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

C’est très sérieux, affirme David Pelletier, porte-parole du SPVQ. Les deux sont traités de manière sérieuse. Quand on parle de tuer des gens, ça peut avoir une gravité très importante.

Aucune arrestation n’a été effectuée en lien avec ces méfaits. Il était également trop tôt, vendredi, pour faire un lien entre ces deux affaires.

Un geste dénoncé

Interrogé quant au graffiti apparu dans le Vieux-Québec, le président du comité de citoyens du secteur dénonce sans retenue ce qu’il qualifie de message très violent à l'égard des touristes.

C’est la première fois qu’on voit ce genre de graffiti, réagit Michel Masse.

C’est très violent comme message et ça ne correspond pas aux comportements des Québécois ou des résidents du Vieux-Québec, poursuit-il.

La hausse du nombre de touristes dans le Vieux-Québec augmente le nombre déjà important d’autocars en circulation dans le quartier et favorise l’apparition de logements offerts sur des plateformes de location comme Airbnb.

Michel Masse estime cependant que la qualité de vie des résidents du Vieux-Québec n’est pas affectée de façon comparable à ce qui s'observe dans d’autres grandes villes européennes, où le phénomène de tourisme de masse est bien réel.

Il y a certains problèmes associés à ça, mais on n’est pas rendu à dire aux touristes de s’en retourner chez eux, pas du tout. On est très, très, très loin de ça. Je ne comprends pas du tout la teneur de ce message-là ce matin. On n’est pas du tout dans une situation comme on peut voir à Barcelone ou à Venise.

Michel Masse

Le président du comité souhaite que l’auteur ou les auteurs du message soient connus. Selon lui, il existe des solutions pour améliorer le sort des résidents avant d’en arriver à poser un tel geste.

L’Office du tourisme de Québec a préféré ne pas commenter l'incident survenu dans le Vieux-Québec. La porte-parole Jenna Dubé rappelle néanmoins que l’Office vise une croissance responsable du nombre de touristes à Québec et qu’il est prématuré de parler de tourisme de masse dans la région.

Selon les plus récentes données du ministère du Tourisme, la ville de Québec attire toujours plus de touristes. En 2018, l’indice global d’achalandage augmentait de 0,9 % par rapport à 2017. Il s’agit de la cinquième année de suite où la ville a enregistré une croissance.

En 2018, on estimait le nombre de touristes, pour la région de Québec, à près de 4,7 millions.

Québec

Tourisme