•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des membres du centre l'Échange de Tracadie deviennent acteurs le temps d'un film

Une machine qui brasse les boules de bingo.

Le court-métrage « Le Bingo imaginaire » raconte une partie de bingo remplie de rebondissements.

Photo : Capture d'écran du court-métrage Le Bingo Imaginaire

Radio-Canada

Les membres du centre d'activités l’Échange de Tracadie, dans la Péninsule acadienne, se sont improvisés acteurs le temps d’un court-métrage. Un projet qui s’est avéré positif tant pour les participants que pour la communauté.

Le centre d’activités l'Échange de Tracadie, dans la Péninsule acadienne, permet aux adultes ayant des troubles de santé mentale de tisser des liens et de se changer les idées.

Cette année, le centre célèbre ses 20 ans, et le cinéaste néo-brunswickois Chris LeBlanc a proposé aux membres du centre de participer à la création d'un court-métrage de fiction.

Assez rapidement, un thème est ressorti du lot : celui du bingo.

Quand ç'a venu le temps d'écrire un film qui les unissait tous, j'ai vu que tout le monde était d'accord qu'ils aimaient le bingo, raconte Chris LeBlanc.

Le court-métrage Le Bingo imaginaire raconte une partie de bingo remplie de rebondissements.

Les participants ont joué la comédie pour l'occasion.

Tisser des liens

Certains des participants qui fréquentent le centre habitent dans des foyers ou des résidences. Le centre leur permet de briser leur isolement en sortant et en faisant des rencontres. La production du court-métrage s’est avérée un projet valorisant pour tout le monde.

Un des participants, Sylvio Rousselle, pense que cela a permis aux participants de se rapprocher et d’être moins gênés.

Le court-métrage a aussi permis un rapprochement entre la communauté et les participants.

On sent qu'on appartient à la communauté, on ne se sent plus exclus.

Juliette Breau, directrice du centre l’Échange

Un court-métrage chaudement reçu

Leur film a même remporté le prix du public dans une compétition locale de courts-métrages du Festival Moisson d'Art 2019.

Moi ça me touche au cœur... ça me touche au cœur. Comme je te dis, si j'ai pu faire rire du monde, ça me fait du bien à moi parce que c'est ça que je voulais faire, affirme Nancie Chiasson, une participante.

Juliette Breau en entrevue.

Juliette Breau, directrice du centre l’Échange, se dit heureuse de l'accueil du court-métrage.

Photo : Radio-Canada

La directrice du centre y voit une belle marque d'ouverture de la part de la communauté.

J'ai pleuré parce que j'étais assez fière d'eux autres, assez fier du travail que Chris avait fait avec eux autres. Puis de voir le sentiment... je pouvais juste voir comment fiers ils étaient. Ils ont fait un film, raconte Juliette Breau, directrice du centre l'Échange.

Le Bingo imaginaire est un bel exemple d'inclusion et d'ouverture, à l'image des gens qui ont participé au projet.

Avec les renseignements de Camille Bourdeau

Nouveau-Brunswick

Santé mentale