•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des défis énormes guettent les fromagers du Québec

Du fromage en grains

Les fromagers du Québec ont été frappés de plein fouet par l'arrivée sur le marché de fromages européens.

Photo : iStock

Radio-Canada

L’entrée en scène de fromages américains sur le marché québécois prochainement risque de faire très mal aux producteurs, frappés de plein fouet par l’arrivée de produits en provenance d’Europe.

C’est ce que prédit le directeur général de la Fromagerie Boivin de La Baie, Luc Boivin.

Malheureusement, on n’est pas dans un secteur en croissance. Même si les gens encouragent les produits du Québec, la pression qu’on a au niveau des prix et la croissance anémique, combinée avec l’arrivée des fromages importés, ça fait des situations où on voit des entreprises qui ont plus de difficulté, a-t-il convenu, en entrevue à l’émission Style libre.

Luc Boivin, qui est aussi membre du Conseil des industriels laitiers du Québec et de l’Association des transformateurs laitiers du Canada, réagissait à l’annonce d’une restructuration chez Agropur.

Luc Boivin en entrevue

Le directeur général de la Fromagerie Boivin, Luc Boivin.

Photo : Radio-Canada

Pine River Cheese, une entreprise ontarienne de 135 ans, a également annoncé qu’elle fermait ses portes en raison d’une trop grande compétitivité dans le secteur.

Selon Luc Boivin, l’industrie fait face à d’énormes défis.

L’industrie est dans un tournant depuis la signature des nouvelles ententes commerciales. On est impactés par l’entente avec l’Europe. Le secteur laitier n’a pas connu beaucoup d’inflation depuis 2014. On a vu l’effritement des marges et un débalancement de l’offre dans le marché.

Luc Boivin, directeur général, Fromagerie Boivin

Le pire à venir

Le DG sert une mise en garde aux gouvernements, car, selon lui, le pire est à venir.

L’entente avec les États-Unis n’est même pas encore en vigueur et on ressent déjà les impacts avec l’arrivée de 50 % des fromages importés d’Europe. Et ces fromages américains vont venir nous attaquer dans les classes les plus payantes, c’est-à-dire dans le lait de consommation, dans le yogourt et dans les fromages, analyse l'homme d'affaires.

Le Québec produit 80 % des yogourts et 60 % des fromages du Canada. Autre écueil en vue, croit Luc Boivin : l’augmentation prochaine du prix du lait. La Commission canadienne du lait (CCL) a annoncé une hausse à compter du 1er février 2020, ce qui fera bondir le coût des produits laitiers de 2 % à 6 %.

Luc Boivin prévoit un ressac majeur. En plus d’exercer une pression supplémentaire sur les manufacturiers, les consommateurs en feront aussi les frais, croit le patron de la Fromagerie Boivin.

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires