•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’immigration et les étudiants étrangers divisent les députés de l’Abitibi-Témiscamingue

Un montage photo de Pierre Dufour et Émilise Lessard-Therrien, souriants.

Le ministre Pierre Dufour et la députée Émilise Lessard-Therrien

Photo : Radio-Canada / Archives

Marie-Hélène Paquin

La tension monte entre les députés d'Abitibi-Est, Pierre Dufour, et de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien. Un échange concernant le Programme de l'expérience québécoise (PEQ) entre les deux élus à l'Assemblée nationale, jeudi, a retenu l'attention.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue soulignait les inquiétudes du recteur de l'UQAT, Denis Martel, formulées dans un reportage de Radio-Canada en lien avec le programme de travail social, qui n'est pas inclus dans la liste du ministère de l'Immigration.

Au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, la Technique en travail social n'est pas sur la liste [des programmes acceptés]. Le ministre dit que la liste est pour garantir des travailleurs aux emplois. Chez nous, à la DPJ, 44 000 heures ne seront pas comblées cette année, c'est l'équivalent de 20 postes, faute de personnel. La liste de rappel est vide. Va-t-il admettre que de se priver de nos étudiants étrangers, c'est de mettre en péril les services dans ma région?, a-t-elle lancé durant la période de questions.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région, Pierre Dufour, lui a répliqué qu'il avait rassuré le recteur de l'UQAT.

Premièrement, peut-être qu'elle ne le sait pas, mais hier après-midi, j'ai eu une conversation téléphonique avec M. le recteur de l'université après son intervention [médiatique]. J'ai rassuré M. Martel pour le programme en foresterie, par exemple, que tout était bien ficelé, bien attaché pour le PEQ. Ça serait peut-être intéressant qu'un moment donné vous ayez les bonnes informations avant de vous lever en chambre, un peu comme dans l'autre dossier que vous avez, a rétorqué le ministre.

Pierre Dufour a même affirmé qu'il pouvait donner le numéro de téléphone de Denis Martel à la députée, si elle le souhaitait.

En entrevue sur nos ondes vendredi, le recteur de l'UQAT a réagi aux propos tenus par les deux députés. Il confirme avoir parlé au ministre Pierre Dufour à deux reprises cette semaine. Le ministre responsable de la région lui aurait dit de ne pas s'inquiéter.

Denis Martel demeurera inquiet tant que le premier ministre n'appliquera pas de mesures concrètes pour modifier la liste des programmes visés par la réforme du PEQ.

Je confirme qu'effectivement il voulait me rassurer sur les programmes en foresterie comme tels. Ça peut me rassurer sur ces programmes-là a priori, mais ça ne règle pas tout le problème des autres programmes en environnement minier par exemple. On a deux instituts en mine et en forêt qui sont en péril si on n'a pas d'étudiants étrangers, a-t-il mentionné.

Les programmes de création et nouveaux médias et d'études autochtones sont aussi absents de la liste des programmes visés par le PEQ.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale