•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les moyens de pression des transports en commun se font sentir à Vancouver

Un autobus de Translink à Vancouver.

Les 5000 travailleurs de l'entreprise Coast Mountain Bus Company, qui gère le service d'autobus de Vancouver et celui du SeaBus, entre le centre-ville de Vancouver et North Vancouver, ont voté à 99% pour donner un mandat de grève au syndicat.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Geneviève Lasalle

Les moyens de pression des employés de l'entreprise Coast Mountain Bus Company (CMBC) ont entraîné des retards et des interruptions de service sur un bon nombre d’itinéraires d’autobus et de trajets de SeaBus de la région métropolitaine de Vancouver pendant l'heure de pointe, jeudi matin.

Aucun trajet n'a été annulé, mais 41 segments de trajets ont été touchés, selon Unifor, le syndicat qui représente les 5000 employés du principal fournisseur de services de l'agence TransLink.

Depuis la mise en place de moyens de pression par les syndiqués, des dizaines de trajets du SeaBus ont été annulés entre le centre-ville de Vancouver et le quai Lonsdale, à North Vancouver. Vendredi, encore 16 trajets de SeaBus seront annulés aux heures de pointe.

Des passagers dans une salle d'attente du SeaBus.

Des passagers attendent le service du SeaBus à la station Waterfront. Des dizaines de trajets sont annulés aux heures de pointe.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Les travailleurs ont cessé de faire des heures supplémentaires pour entretenir les véhicules, ce qui a pour effet de réduire le nombre d'autobus et de navires SeaBus desservant le réseau de transport, explique le porte-parole d’Unifor.

L’employeur Coast Mountain Bus Company (CMBC) enjoint le syndicat de reprendre les négociations, et suggère d’avoir recours à un médiateur. Le syndicat réitère pour sa part qu'il ne retournera pas à la table des négociations tant qu'il n'aura pas reçu d'offre sérieuse.

L’opposition demande l’intervention du gouvernement

Le chef de l’opposition libérale à l'Assemblée législative, Andrew Wilkinson, presse le gouvernement d'intervenir. C’est la raison pour laquelle nous avons un ministère du Travail : pour rassembler les gens et résoudre le problème.

Un homme en complet s'adresse à la presse.

Andrew Wilkinson veut que le gouvernement se serve de son pouvoir pour forcer les parties à conclure une entente.

Photo : Radio-Canada / Michael Mcarthur

Ça va dégénérer. Les parties ne sont même pas à la table des négociations.

Andrew Wilkinson, chef de l’opposition

Le premier ministre John Horgan soutient ne pas avoir l’intention de s'immiscer dans le conflit. Il croit plutôt que la négociation collective devrait suivre son cours.

J'espère qu'une entente sera conclue rapidement pour le public, mais pour le moment, le gouvernement provincial n'a pas de rôle à jouer, dit-il.

La dernière grève dans les transports en commun de la région métropolitaine de Vancouver remonte à 2001. Après 123 jours de moyens de pression, le gouvernement provincial a légiféré pour forcer le retour au travail des syndiqués.

Avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

Colombie-Britannique et Yukon

Relations de travail