•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonne saison malgré tout pour les pêcheurs de crevette de Gaspé

Un homme manipule des contenants remplis de crevettes sur un bateau.

Débarquement de crevettes (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Joane Bérubé

Selon des données préliminaires, les pêcheurs ont débarqué près de 10 millions de livres de crevette cette année, une diminution par rapport à l’an passé. Toutefois, les prix ont été bons.

La saison ne s’annonçait pourtant pas très bien. Mars 2019, le ministre des Pêches et des Océans annonçait des diminutions de quotas pour une quatrième année consécutive.

Le ministère s’est finalement ravisé, le 3 avril, et a décidé de maintenir le taux de captures autorisées au niveau de 2018.

Une décision saluée par le directeur de l’Office des pêcheurs de crevette de Gaspé, Patrice Élément. On ne pouvait pas nier qu’il y a eu une diminution par rapport à ce qu’on pouvait pêcher il y a cinq ou six ans. Par contre, cette année, les taux de captures ont été définitivement meilleurs dans toutes les zones et à près tout le temps. Il y avait plus de crevettes dans le golfe que l’an passé. On va laisser le temps aux scientifiques de faire leur travail, mais ce qu’on observe c’est que la diminution de la biomasse s’inverse.

Les observations des pêcheurs sur l'état de la ressource ne seront ni corroborées ni infirmées avant la rencontre du conseil consultatif sur la crevette en 2020.

C’est la Régie des marchés agricoles qui a tranché le prix payé au débarquement cette année.

En début de saison, les crevettiers du Grand Gaspé, soumis à un programme mixte, ont touché 1,68 $ la livre pour la grosse crevette, 1,35 $ la livre pour la crevette de taille moyenne et 1,14 $ pour la petite crevette.

À la mi-saison, le prix payé pour la grosse crevette est passé à 2,18 $ la livre. Ça ne s’était jamais vu, selon les pêcheurs. Cet automne, les prix étaient plus élevés que ce qui a été décrété à Terre-Neuve , commente Patrice Élément.

Il n’a pas été possible de discuter du prix de la crevette avec Association québécoise des industriels de la pêche qui s’était opposé à cette hausse des prix lors des audiences de la Régie des marchés agricoles.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches