•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des participants d'un gala de boxe pour le CHU de Québec se disent floués par le promoteur

Nancy Letarte-Tremblay, David Lefebvre et Marie-Hélène Gosselin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des personnes qui s’étaient inscrites pour combattre dans un gala de boxe au profit du CHU de Québec affirment ne jamais avoir été remboursées par le promoteur, Denis Perreault, bien qu'elles n'aient jamais combattu.

Mercredi, Radio-Canada révélait que le promoteur n’a pas versé la totalité de la somme de 50 000 $ récoltée lors de son dernier gala de boxe. Plusieurs personnes ont réagi à la nouvelle, se sentant elles aussi flouées par Denis Perreault.

Je me suis sentie naïve et stupide, affirme Nancy Letarte-Tremblay, qui a dû débourser 1 500$ pour pouvoir se battre en tant que boxeuse au gala caritatif.

Cette somme servait à payer leur participation et leurs six mois d’entraînement. Ces boxeurs d’un jour pouvaient vendre des billets du gala à leur entourage et ainsi se rembourser.

Nancy Letarte-Tremblay, David Lefebvre et Marie-Hélène Tremblay n’ont finalement pas pu participer à leur combat pour diverses raisons. Denis Perreault ne les a pourtant jamais remboursés, même si la somme était remboursable en cas de pépin selon le promoteur.

Trois demandes, aucune réponse

David Lefebvre a dû se retirer en raison d’un problème de santé. Il était d'ailleurs en arrêt de travail.

Je n’ai pas pu m’entraîner pour cette raison-là, donc j’ai demandé un remboursement à M. Perreault. Évidemment, je ne l’ai pas encore eu, déplore-t-il.

Pour Nancy Letarte-Tremblay, Denis Perreault l’aurait encouragé à combattre en lui laissant miroiter qu’elle pourrait être remboursée si l’entraînement ne lui convenait pas.

Je suis une débutante et je me suis retrouvé avec des gens plus habitués, affirme-t-elle. Ne se sentant pas à sa place, elle a finalement abandonné le projet.

Le cas de Marie-Hélène Tremblay est plus particulier. Elle s’était rendue au bout de l’entraînement, mais à la veille du gala, elle a appris qu’elle n’aurait plus de partenaire avec qui se battre.

J’ai appelé M. Perreault pour lui demander ce qu’il se passe et il m’a proposé un combat avec une ancienne championne canadienne alors que je n’avais jamais fait de combat de ma vie.

Marie-Hélène Tremblay

Mon combat a été annulé, alors je me retrouve à devoir rembourser tous mes billets de tous les gens qui devaient venir parce que si je ne suis pas là ce n’est pas intéressant, explique-t-elle.

Initialement, les combats devaient être faits entre débutants. Marie-Hélène Tremblay a donc refusé de participer et a demandé de se faire rembourser.

Difficile à joindre et désorganisé

Les trois disent avoir de la difficulté à recevoir des réponses de la part de Denis Perreault. Il tarde toujours à nous rappeler et quand on le texte, il ne répond pas. Quand il nous répond, il a toujours de bonnes raisons de ne pas nous avoir rappelés, relate David Lefebvre.

C’est un grand parleur. C’est quelqu’un de très charismatique, alors que c’est beaucoup de promesses et peu de résultats, remarque Marie-Hélène Tremblay.

Elle soutient que même la vente de billets a aussi été compliquée. On était censé avoir des t-shirts et on ne les a jamais eus, ajoute-t-elle.

Pour prendre l’argent sur la carte des gens ça va vite, mais pour rembourser ça va un peu moins vite

David Lefebvre

À cause de son état de santé, David Lefebvre aurait bien apprécié plus de compassion de la part de Denis Perreault.Il savait que j’étais en arrêt de travail, les factures continuent de monter, l’argent, j’en ai besoin, indique-t-il.

Il poursuit maintenant le promoteur à la Cour des petites créances pour se faire rembourser.

Au téléphone, Denis Perreault affirme que sur les 240 boxeurs qui ont participé à ses trois galas, la vaste majorité a profité d'une belle expérience.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Québec

Boxe