•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université Harvard tentera de réduire les appels non essentiels à la police de Winnipeg

Brian Bowman, maire de Winnipeg, fait une allocution debout devant un lutrin.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, espère que les ressources de l'Université Harvard permettront de réduire le nombre d'appels non essentiels faits à la police de la ville.

Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Radio-Canada

Un projet réalisé avec l’Université Harvard, située à Cambridge, au Massachusetts, vise à réduire considérablement le nombre d’appels non essentiels que reçoit chaque année la police de Winnipeg. En 2018, plus de la moitié des 600 000 appels à la police ne concernaient pas un crime, selon la Ville.

En tant que communauté, nous bénéficierons tous d’une réduction des demandes non essentielles auxquelles répond la police. La question, c’est comment faire pour y arriver? Et c’est là que les ressources de Harvard entrent en jeu.

Brian Bownman, maire de Winnipeg

Cette année, la métropole manitobaine a été choisie pour participer à la Bloomberg Harvard City Initiative, un programme de développement professionnel offert aux dirigeants municipaux à travers le monde.

Dans le cadre de cette initiative, le maire de Winnipeg, Brian Bowman, a proposé un projet qui vise à améliorer la collaboration dans le but de réduire les appels à la police pour des services non essentiels.

Ce projet a été accepté par Harvard le mois dernier. Il permettra à la Ville de Winnipeg d’avoir accès aux facultés de l’université américaine, à ses étudiants et à d’autres ressources dans les programmes offerts par la Kennedy School.

Plusieurs acteurs mis à contribution

Le maire Bowman indique que 30 différents groupes et organismes, dont la police et le service des incendies de la Ville, le Syndicat de la police de Winnipeg et des organismes de santé, seront invités par l’Université Harvard à participer au projet.

La majorité des coûts de l’initiative sera assumée par l’université américaine et Bloomberg Philanthropies, l'entité qui chapeaute les dons de bienfaisance de l'homme d'affaires Michael Bloomberg.

Le maire de Winnipeg soutient que la participation financière de la ville sera symbolique. Il précise également que cette initiative n’a pas pour objectif de faire des économies ou de dicter à la police les procédures à suivre.

Avec les informations de Sean Kavanagh, CBC

Manitoba

Société