•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue plaide aussi en faveur des étudiants étrangers

La porte d'entrée avec le logo du Cégep.

Le campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda.

Photo : Karine Aubin

Tanya Neveu

La réforme en immigration annoncée par le gouvernement Legault pourrait également avoir des impacts majeurs sur le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

Cinq formations offertes au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue ne figurent pas parmi la liste des programmes qui donnent accès au Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Parmi les programmes affectés, les suivants comptent, à eux seuls, pour 28 % des demandes d’admission en provenance d’étudiants internationaux :

  • Technologie forestière
  • Techniques de travail social
  • Techniques de comptabilité et de gestion

La directrice du Service des affaires étudiantes et des communications, Kathleen Slobodian, estime que ces changements affectent l'inscription d'étudiants étrangers.

On va toujours continuer à positionner ces programmes-là dans notre carte de programmes à l'étranger. Par contre, comme ils ne se retrouvent pas dans la liste du PEQ, ça pourrait être une option pour les étudiants de ne pas choisir ces programmes-là pour venir étudier au Québec. Au-delà de ça, les étudiants, quand ils font un choix de programme, c'est pas juste un programme d'étude qu'ils choisissent, c'est un projet de vie quand ils décident de venir au Québec avec nous. C'est un enjeu à prendre en considération, explique Kathleen Slobodian.

Par ailleurs, le directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, dit être inquiet pour les entreprises et les employeurs qui vivent déjà une pénurie de main-d'oeuvre dans plusieurs domaines.

D'autre part, le Cégep est en campagne de recrutement à l’international visant pour attirer davantage d’étudiants internationaux dans la région.

L’institution compte suivre de près les développements dans ce dossier.

Abitibi–Témiscamingue

Immigration