•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les émojis à caractère sexuel censurés sur Facebook et Instagram? Oui, mais...

Les émojis d'aubergine et de pêche, brouillés.

Plusieurs médias ont rapporté dans la dernière semaine que des émojis, comme l'aubergine et la pêche, étaient bannis des plateformes s’ils étaient utilisés de manière sexuelle, mais ces informations sont erronées.

Photo : getty images/istockphoto / ikopylov

Radio-Canada

Facebook et sa filiale Instagram censurent désormais les émojis « considérés comme sexuels » s’ils sont employés à des fins de sollicitation.

Plusieurs médias ont rapporté dans la dernière semaine que des émojis comme l'aubergine et la pêche étaient bannis des plateformes s’ils étaient utilisés de manière suggestive, mais ces informations sont imprécises. Les émojis en question seront uniquement bannis s'ils sont utilisés dans un contexte d’offre ou de demande de relations sexuelles.

Cette politique a été mise en place à la fin de juillet, mais c’est seulement récemment qu’elle a été mise sous les projecteurs grâce au site spécialisé en nouvelles de l’industrie du divertissement adulte XBIZ, qui l’a découverte en fouillant dans les Standards de la communauté Facebook.

Le réseau social explique dans cette section de son site web que toute sollicitation sexuelle est interdite sur sa plateforme. C’est donc pour empêcher des éléments suggérant une offre ou une demande de services sexuels que ces précisions ont été ajoutées.

C’est donc dire que ces nouvelles règles ne devraient pas avoir d’incidence pour la forte majorité des utilisateurs et utilisatrices qui se servent de ces émojis en référence aux parties intimes du corps humain.

Il n’est pas explicitement mentionné quels émojis sont visés par cette mesure, mais les internautes se servent communément de l’aubergine pour représenter un pénis, la pêche pour représenter des fesses et les gouttes d’eau pour représenter l’éjaculation.

XBIZ estime que ces mesures visent injustement les travailleuses du sexe sur les réseaux sociaux, qui se voient souvent retirer des publications pour cause de sollicitation sexuelle. 

Ce n’est pas la première fois que les émojis font l’objet de censure de la part de Facebook. En 2015, lorsque Instagram a ajouté la fonctionnalité de recherche par mot-clic d’émoji, il était impossible d’effectuer une recherche pour l’émoji d’aubergine.

Avec les informations de BFMTV, et Fast Company

Réseaux sociaux

Techno