•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitesse dans Mi-Vallon : les affiches artisanales là pour rester

Une pancarte sur laquelle il est inscrit Ralentissez pour notre sécurité.

Les pancartes comme celle-ci pourront rester en place à certaines conditions.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les affiches artisanales incitant les automobilistes à limiter leur vitesse dans plusieurs secteurs de Sherbrooke pourront y rester à condition de respecter certaines conditions, a indiqué le comité de sécurité publique de la Ville de Sherbrooke.

Les pancartes devront notamment être placées à trois mètres de la rue et ne pas être accrochées à des poteaux du service public tels qu'Hydro-Québec, Bell ou encore Vidéotron.

C’est un premier pas pour celui qui tente de faire changer les choses depuis quelques mois. Jimmy Duval-Caux, le Sherbrookois à l'initiative des pancartes, pourra garder sur son terrain l'affiche qu'il a élaboré pour inciter les automobilistes à réduire leur vitesse.

Dans le fond, ce n’est pas une affiche publicitaire. Ce n'est pas une affiche commerciale. C’est une affiche pour conscientiser le citoyen qui emprunte la rue à ralentir...

Jimmy Duval-Caux

Selon la réglementation, il est interdit de placarder des affiches qui causeraient une confusion chez les automobilistes. Or, celles de M. Duval-Caux invite à limiter sa vitesse à 40 km/h alors que la ville permet de rouler une vitesse de 50km/h dans ce secteur.

Mon incitatif à 40 km à l’heure, c’est pour que les gens puissent respecter au moins le 50 là, indique-t-il.

Un homme devant une maison et un terrain sur lequel se trouve une pancarte incitant à limiter sa vitesse à 40 km par heure.

Jimmy Duval-Caux est l'initiateur des affiches de limitation de vitesse dans le secteur de Rock Forest

Photo : Radio-Canada

Résident de la rue Marini dans le secteur Rock Forest, il a dû avoir recours à cet affichage pour conscientiser les conducteurs qui roulent fréquemment au-dessus de limitation de vitesse. Et ce, à toutes heures du jour et de la nuit.

Cette nuit, je me suis fait réveillé à 2h21 du matin, parce qu'il y en a un qui a fait crisser ses pneus dans la rue. C'est tout le temps, c'est un 24 heures , explique-t-il.

Il souhaiterait qu'une nouvelle réglementation soit mise en place par la municipalité pour assurer la sécurité de tous.

On n'est pas la seule rue 

Jimmy Duval-Caux dit avoir vendu une quarantaine d'affiches dans son secteur et quarante autres dans la ville de Sherbrooke.

Je ne crois pas que les gens m'ont acheté ça juste pour m'encourager dit-il avec ironie.

Selon lui, cet engouement vient du fait que les citoyens réalisent de plus en plus les problématiques liées aux excès de vitesse.

Il a d'ailleurs créé une page Facebook, « Ralentissez », vers laquelle il dirige tous citoyens qui souhaiteraient rejoindre son mouvement.

Des solutions ?

La conseillère municipale et présidente du comité de sécurité publique de Sherbrooke, Danielle Berthold, souligne être consciente de ces enjeux.

Elle a aussi affirmé que la ville effectue actuellement des études et des analyses afin de prendre une décision adaptée aux besoins de tous.

Pour ce qui est de réduire la vitesse à 40 km/h, ce sera quelque chose qui sera analysé au cours des prochains mois , précise-t-elle.

Cependant, la conseillère municipale a aussi rappelé qu'il est parfois difficile de changer la limitation de vitesse.

Une consultation à huis clos se tiendra lundi et permettra aux élus municipaux de discuter, entre autres, de la situation afin de réfléchir à des pistes de solutions.

Estrie

Société