•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée prochaine de la tutelle de Québec à Chambly

L'hôtel de ville de Chambly

La Commission municipale du Québec lèvera la tutelle de l'administration municipale de Chambly le 29 novembre.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Après plus de huit mois sous tutelle pour sa gestion défaillante, la Ville de Chambly pourra retrouver son autonomie décisionnelle à la fin du mois, a fait savoir la Commission municipale du Québec (CMQ).

Dans une lettre adressée à la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé, le président de la commission, Jean-Philippe Marois, l’informe que le contrôle qui est exercé sur la Ville depuis la fin février sera levé le 29 novembre prochain en raison des progrès accomplis par la nouvelle administration municipale.

Certains pouvoirs, notamment en matière de ressources humaines, seront cependant maintenus par la commission pour une période d’accompagnement transitoire, peut-on lire dans un communiqué.

Rappelons que le 27 février 2019, la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation du Québec, Andrée Laforest, avait mis sous tutelle de la Ville de Chambly à la suite d’une série de perquisitions menées par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et d’allégations de déficiences dans la gestion municipale et de manquements en matière d'éthique et de déontologie.

Or, après examen de la situation, la CMQ affirme dans son communiqué avoir constaté une amélioration significative de la situation à Chambly. Si bien que la CMQ se dit maintenant prête à rendre son autonomie décisionnelle en matière financière, budgétaire et administrative au conseil municipal de la ville.

La Ville de Chambly peut aisément retrouver son autonomie décisionnelle. De nouvelles pratiques de gestion ont été mises en place, le climat de travail est incontestablement plus sain et la collaboration entre élus et fonctionnaires plus respectueuse.

Me Denis Michaud, vice-président et juge administratif à la Commission municipale du Québec
Ruban de police devant le centre administratif de la Ville de Chambly, alors que s'y déroule une perquisition.

Perquisition au centre administratif de la Ville de Chambly, l'hiver dernier.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Cependant, souligne Me Michaud, l’instabilité de la direction générale de la Ville dans un contexte où les employés doivent toujours collaborer aux enquêtes en cours l’incite à conserver pour un moment encore le pouvoir de nommer, de remplacer ou de destituer du personnel au sein de l’administration municipale.

Une assemblée publique d’information est prévue ce jeudi en soirée à 18 h 30 au Centre des aînés de Chambly pour faire le point avec les citoyens du travail accompli depuis le début de la tutelle.

Un rapport de tutelle, avec recommandations, doit également être transmis à la Ville d'ici au 31 janvier 2020.

Québec avait dû placer l’administration municipale de Chambly sous tutelle le 27 février dernier à la suite d’une importante crise interne qui minait le fonctionnement de l’administration municipale sous le règne de l’ex-maire Denis Lavoie, qui a démissionné le 7 mai dernier.

Accusé de diriger la Ville d’une poigne de fer et de maintenir un climat d’intimidation à l’hôtel de ville, l’ex-maire Lavoie était l’objet de nombreuses critiques à Chambly. À un point tel que la municipalité a dû être mise sous tutelle à la demande de la ministre Andrée Laforest à la suite d’une série de perquisitions menées à l'hôtel de ville et divers locaux municipaux.

Grand Montréal

Politique municipale