•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceux qui critiquent la réforme du PEQ sont motivés par l'argent, dit Legault

Gros plan du visage de François Legault.

Le premier ministre Legault en mêlée de presse.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

François Messier

Les milieux d’affaires et les établissements d’enseignement supérieur qui continuent de critiquer la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) sont motivés par l’argent plutôt que par la défense des intérêts des Québécois, affirme François Legault.

À son arrivée à la période de questions à l’Assemblée nationale, le premier ministre du Québec a fait face à un barrage de questions à ce sujet, qui l’ont amené à défendre l’approche préconisée par son ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette.

Il a notamment répondu sans ménagement aux critiques du président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, qui souhaite que le PEQ demeure accessible à tous les étudiants, et pas seulement aux diplômés de certains programmes déterminés par Québec.

Le gouvernement a accepté mercredi d'accorder une clause de droits acquis aux étudiants étrangers qui sont déjà au Québec de sorte qu'ils pourront tous utiliser le PEQ pour obtenir un Certificat de sélection du Québec (CSQ), mais ceux qui seront admis à compter de maintenant devront respecter les nouveaux critères.

J’ai discuté lundi avec Michel Leblanc […] C’est sûr que Michel, ce qu’il veut, c’est le plus de main-d’œuvre possible, c’est un jeu d’offre et de demande. Plus il y a de main-d’œuvre au Québec, plus on peut garder les salaires bas, plus on est capables de trouver des employés à 12 $ de l'heure, 15 $ de l'heure.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a donné le même argument aux dirigeants des universités et des cégeps, qui soutiennent que les restrictions au PEQ les empêcheront de recruter des étudiants étrangers souhaitant s’établir à terme dans la province.

C’est sûr que les [universités] et les cégeps sont financés par étudiant, donc les étudiants qui sont dans des domaines où il n’y pas de besoins, ça rapporte quand même, a-t-il laissé tomber, après avoir défendu l'idée que les programmes de formation doivent répondre aux besoins des entreprises.

Ma responsabilité, c’est de défendre les intérêts des Québécois, et les Québécois, actuellement, ils ont besoin d’infirmières, de gens en informatique pour le bien du Québec. Moi, je ne travaille pas pour Michel Leblanc, je ne travaille pas à tout prix pour augmenter la clientèle des cégeps et des universités, je travaille pour les Québécois.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a ensuite affirmé que tous les Québécois sont des alliés du gouvernement dans sa réforme de l'immigration. Répondant ultérieurement à une question en anglais, il a dit en tenir pour preuve les commentaires positifs laissés par 90 % des gens qui écrivent sur sa page Facebook.

Leblanc et l'Université de Montréal répondent à Legault

En entrevue à Ici Première, Michel Leblanc a réfuté les propos du premier ministre selon lesquels les gens d’affaires veulent des employés à bas salaire.

Ce que les entreprises demandent, c’est d’avoir accès à des travailleurs, des travailleurs qualifiés. Jamais personne ne m’appelle en disant : j’ai un problème parce que les salaires sont trop élevés ou que les salaires montent, a-t-il affirmé.

Selon M. Leblanc le PEQ était un très bon programme qui fonctionnait très bien, et c’est une erreur stratégique que de vouloir le réformer.

Suspendons cette réforme. Procédons à un grand exercice de consultation pour voir s’il y a des choses à améliorer, et on les améliorera.

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Le financement des universités est un sujet distinct et la structure du financement est déterminée en grande partie par le gouvernement lui-même, a pour sa part commenté une porte-parole de l'Université de Montréal, Geneviève O'Meara, dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

L'Université de Montréal a toujours refusé de considérer les étudiants internationaux comme source de financement, ajoute-t-elle. Nous l’avons dit et répété sur plusieurs tribunes, à plusieurs reprises.

En ce qui concerne le PEQ, il faut continuer à inclure tous les domaines d’études et tous les étudiants internationaux, au même titre que les étudiants québécois. Les étudiants internationaux transformeront le marché du travail et le Québec n’a pas les moyens de se passer de tous ces talents.

Geneviève O'Meara, porte-parole de l'Université de Montréal

Dans une entrevue diffusée jeudi sur le site Actualités UQAM, la rectrice de l'Université du Québec à Montréal, Magda Fusaro, dénonce aussi le caractère inéquitable des nouvelles règles, déterminées sans consultation avec le milieu.

Les nouvelles règles vont à l’encontre non seulement de notre mission d’accessibilité et d’ouverture au monde, mais également des objectifs d’internationalisation que le gouvernement lui-même a donnés aux universités, déplore-t-elle.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et de recherche de talents, comment expliquer qu’on mette des embûches sur le parcours de personnes qu’on cherche à recruter et qui sont intéressées à rester au Québec après leurs études?

Magda Fusaro, rectrice de l'UQAM

Le recul annoncé mercredi par le gouvernement démontre son écoute, souligne-t-elle, mais il doit continuer de le faire parce que nous avons de bons arguments, parce que les voix se sont multipliées et parce qu’il y a encore des aménagements nécessaires à apporter.

À la recherche des alliés du gouvernement

Plus tôt en matinée, le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon et son collègue à l'Emploi et au Travail, Jean Boulet, ont été talonnés par les journalistes, qui leur ont demandé de nommer un allié du gouvernement au sein de la communauté d'affaires.

Je n'ai pas posé la question, a esquivé M. Fitzgibbon, après s'être demandé comment définir le terme allié. Il a estimé que les immigrants pouvaient pourvoir 20 % des quelque 140 000 emplois disponibles au Québec et que le gouvernement pourrait ouvrir les valves [des] programmes d'immigration temporaire au besoin.

M. Boulet s'est rabattu sur le fait que le gouvernement s'est appuyé sur un rapport rédigé par le ministère du Travail et la Commission des partenaires du marché du travail pour déterminer les domaines de formation qui peuvent donner accès au PEQ.

Le Devoir a cependant révélé jeudi que des membres de cette commission, qui regroupe notamment des représentants des employeurs, des syndicats et du milieu de l’enseignement, ont été choqués que leurs travaux aient été utilisés à leur insu.

Les listes sont évolutives, elles changent au début de chaque année, a commenté M. Boulet lorsqu'on l'a invité à répondre à ces doléances. On fait des enquêtes, on se fie à des statistiques, il y a des experts qui sont consultés, et les partenaires sont en constante discussion.

Politique provinciale

Politique