•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rétablir le moral des policiers d'Ottawa prendra plus que de l'argent, selon le syndicat

Une voiture du Service de police d'Ottawa stationnée dans le marché By.

Une voiture du Service de police d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Radio-Canada

Le nouveau chef du Service de police d’Ottawa (SPO), Peter Sloly, a rapidement décidé de s’attaquer au climat de travail malsain qui règne au sein de l’organisation depuis des années. Mais selon le président de l’Association des policiers d’Ottawa (OPA), Matt Skof, il a faudra bien plus que ce qui est prévu dans le budget déposé cette semaine.

Une semaine à peine après être entré dans ses nouvelles fonctions, Peter Sloly a reconnu qu’il n’avait jamais vu un moral aussi bas parmi les employés d’une organisation.

Il y a un niveau de tension émotionnelle dans cette organisation que je n'ai jamais connu dans aucune autre organisation, autant au secteur privé qu’au secteur public, a-t-il déclaré mercredi, lors d’une réunion de la Commission des services policiers.

M. Skoff pose devant l'édifice de l'Association.

Matt Skoff, président de l'Association des policiers d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Selon Matt Skof, rétablir le moral des troupes nécessitera un changement de culture complet au sein de l'organisation, dont la façon dont le SPO gère la discipline.

Les mesures disciplinaires doivent être appliquées équitablement et non de manière sélective, croit M. Skof, qui continue de demander au solliciteur général de l'Ontario d'examiner les enquêtes internes et les mesures disciplinaires appliquées à la SPO.

Selon notre expérience des sept dernières années, ceux qui appartiennent à un groupe très restreint près de la haute direction ne sont pas tenus de rendre des comptes.

Matt Skof, président de l’Association des policiers d’Ottawa

Le plan de dépenses pour 2020 présenté par Peter Sloly comprend l'embauche de 30 nouveaux agents. Ces embauches vont pourvoir des postes qui étaient déjà vacants, mais vont aussi ajouter deux nouveaux agents dédiés à la lutte contre la violence armée.

Peter Soly en conférence de presse accompagné de la conseillère municipale Diane Deans.

Peter Sloly est entré officiellement en fonction le 28 octobre dernier. On le voit ici au moment de l'annonce de son embauche en compagnie de la présidente de la Commission des services policiers, Diane Deans.

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Le budget inclut également des millions de dollars supplémentaires pour des programmes de bien-être pour les employés du SPO, tels que le soutien par les pairs.

Du retard à rattraper

Selon les documents budgétaires présentés par Peter Sloly, il n'y a pas eu d'augmentation du personnel de la SPO entre 2010 et 2015. Au cours des trois dernières années, 105 officiers ont été embauchés et M. Sloly souhaite en embaucher 30 de plus chaque année jusqu'en 2023.

M. Skof reconnaît que la pénurie de personnel est à la base de nombreux problèmes de moral.

Nous avons traversé une période de temps considérable au cours de laquelle nous avons décidé de réduire notre service, ce qui a créé un stress considérable pour nos officiers de première ligne, notre unité d'enquête et notre personnel civil.

Matt Skof, président de l’Association des policiers d’Ottawa

C’est très bien de constater que l’engagement de recruter de nouveaux officiers va se poursuivre au-delà de ce que nous avons actuellement, déclare M. Skof.

M. Skof fait toujours face à des accusations d'abus de confiance et d'entrave à la justice et poursuit le prédécesseur de M. Sloly, Charles Bordeleau. Il dit qu'il continuera à plaider en faveur de changements au niveau des mesures disciplinaires lors de sa prochaine réunion avec le chef de police.

Le conseil municipal se penchera sur le budget du SPO le 11 décembre.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale