•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manif contre la réforme du PEQ devant l’Assemblée nationale

Les manifestants avec leurs pancartes.

Les manifestants contre la réforme du programme d'expérience québécoise (PEQ) devant l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Radio-Canada

Une quarantaine de personnes se sont rassemblées jeudi matin devant l’Assemblée nationale pour manifester contre la réforme du Programme d’expérience québécoise (PEQ) proposée par le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette.

Le PEQ permet d’accélérer le processus d’obtention d’un certificat de résidence permanente des étudiants venus de l’étranger désirant rester au Québec. Sans PEQ, je ne serais pas venu au Québec. Je visais le long terme, indique l’un des manifestants, Fred Louboula.

Toutefois, le gouvernement planifie restreindre les programmes d’études supérieures qui y seront admissibles. Ça va affecter d’autres personnes qui seraient venues dans notre département et ces gens-là méritent de venir au Québec, affirme Maude Boucher, manifestante et étudiante en anthropologie.

Ce n’est pas parce qu’on étudie en anthropologie qu’on est moins utile à la société

Maude Boucher, étudiante en anthropologie de l'Université Laval

Hier, le ministre et le premier ministre François Legault ont promis de reculer sur certains aspects de la réforme. Ils vont notamment accorder une clause de droits acquis aux étudiants et aux travailleurs étrangers temporaires déjà au Québec, peu importe leur programme d'étude.

C'est toutefois insuffisant pour les manifestants. On continue à demander l’annulation complète de la réforme, on considère que c’est une réforme contre-productive, déclare l’un d’entre eux.

Cycles supérieurs particulièrement affectés

Nicolas Pouliot, le président de l’Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS), est venu appuyer les 4000 étudiants étrangers de son association de 11 000 membres.

On considère que même avec les modifications apportées au PEQ, c’est encore complètement injuste, soutient-il.

Il croit tout de même qu'il soit possible que le gouvernement recule. On va continuer à se faire entendre, on le voit aujourd’hui même avec la neige et le froid, les étudiants se sont mobilisés, en continuant de mettre de la pression le gouvernement va finir par fléchir, précise-t-il.

Politiciens solidaires

La grande majorité du caucus de Québec solidaire est passé pour montrer leur appui à la cause de la manifestation. M. Jolin-Barrette oublie qu’il y a des gens derrière ces mesures-là, affirme Manon Massé, la co-porte-parole du parti.

C’est la première neige et ce sont des gens qui viennent d’ailleurs, mais ils n’ont pas peur de sortir dehors, donc à mon sens à moi ce sont déjà des Québécois et Québécoises, affirme en rigolant la députée.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !