•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bureau d'une députée occupé par des ambulanciers à La Tuque

Ambulanciers en uniforme dans un bureau avec des drapeaux de la CSN.

Une dizaine d'ambulanciers ont occupé jeudi les locaux de la députée Marie-Louise Tardif, à La Tuque.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une dizaine d’ambulanciers ont occupé jeudi les locaux de la députée de Laviolette—Saint-Maurice Marie-Louise Tardif à La Tuque pour demander la fin des horaires de faction.

Les syndiqués exigent une rencontre avec la députée et la ministre de la Santé, Danielle McCann, d’ici un mois, pour discuter du dossier.

Les ambulanciers s’insurgent contre le fait que le secteur de La Tuque n’ait pas été retenu pour changer les quarts de faction. Ce type d'horaire consiste à attendre les appels à la maison, ce qui allonge les délais de réponse, selon les syndiqués.

Les ambulanciers estiment qu'une attente à la caserne plutôt qu’à la maison permettrait de retrancher une dizaine de minutes de délais de réponse.

C'est dommage pour la population et les victimes qui écopent de ça en fin de compte.

Myriam Frigon, ambulancière

Radio-Canada a dévoilé qu'entre 2014 et 2019, le temps d'attente moyen pour un patient de Priorité 1 est de 32 minutes.

Des ambulanciers manifestent dans une rue enneigée.

Les ambulanciers se sont rendus jeudi matin au bureau de la députée Marie-Louise Tardif à La Tuque pour dénoncer la décision de Québec de garder en place les horaires de faction.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

En entrevue à l'émission 360 PM, elle a déclaré qu'elle a ce dossier à coeur.

Le Syndicat des paramédics du Coeur du Québec (CSN) affirme que la députée s’était engagée à deux reprises à abolir les horaires de faction d’ici avril 2019.

La députée de Laviolette—Saint-Maurice rétorque qu'elle a dit aux syndiqués qu'elle règlerait le dossier d'ici Noël.

Elle affirme qu'elle abordera le sujet la semaine prochaine avec le premier ministre François Legault. Je vais lui demander de régler cela dans les plus brefs délais, donc qu'ils me donnent le temps encore, il me reste quelques semaines, a-t-elle dit.

J'ai fait une promesse, je suis consciente de l'importance que ça a pour les gens de La Tuque. C'est inacceptable qu'il y ait un délai si long.

Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette—Saint-Maurice

Arrivés en matinée, les ambulanciers qui occupaient les locaux de la députée ont quitté les lieux peu avant 18 h. La députée Marie-Louise Tardif n'était pas présente à son bureau jeudi.

Avec des informations de Catherine Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Santé