•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq points saillants de l’énoncé économique de l’Ontario

Le ministre est debout en chambre et parle devant ses collègues.

Le ministre des Finances de l'Ontario, Rod Phillips, présente l'énoncé économique de l'automne à l'Assemblée législative de l'Ontario, à Toronto, le mercredi 6 novembre 2019.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Dans son énoncé économique, le gouvernement Ford a affirmé présenter un plan équilibré qui permettait de maintenir les services prioritaires tout en remboursant la dette et en équilibrant le budget d'ici les prochaines élections provinciales.

Le ministre des Finances de l’Ontario, Rod Phillips, a annoncé mercredi que le déficit s’établirait à 9 milliards de dollars en 2019-2020, comparativement au montant prévu de 10,3 milliards de dollars.

Voici cinq faits saillants qui ressortent de l'énoncé économique.

Le déficit

Le déficit prévu est de 9 milliards de dollars, soit 1,3 milliard de moins qu’annoncé précédemment. La province garde le cap sur les précédentes compressions budgétaires, mais dit qu'elle investira la somme de 1,3 milliard dans les services essentiels, dont la santé et l’éducation.

Toutefois, Jasmine Pickel, directrice intérimaire ontarienne de la Fédération canadienne des contribuables, souligne que le déficit de 9 milliards en 2019-2020 représente une augmentation de 21,6 % alors qu’il était de 7,4 milliards en  2018-2019.

Jasmine Pickel dans un couloir de l'assemblée législative ontarienne devant des peintures au mur.

Jasmine Pickel est la directrice ontarienne par intérim de la Fédération canadienne des contribuables.

Photo : Radio-Canada

Nous sommes surpris de voir que le déficit augmente [d'une année à l'autre], alors que le gouvernement a été élu sous la bannière de la responsabilité financière.

Jasmine Pickel, directrice intérimaire ontarienne de la Fédération canadienne des contribuables

Quant à la cheffe du NPD, Andrea Horwath, elle a critiqué le gouvernement Ford pour avoir fait marche arrière par rapport aux compressions précédentes et présenté les mesures comme de nouveaux investissements: Il n'y a certainement pas 1,3 milliard de dollars de nouveaux fonds ici, a-t-elle dit.

Le cannabis

L'Ontario a également augmenté considérablement ses prévisions de recettes provenant des ventes de cannabis. Le gouvernement dit s'attendre à recevoir 140 millions de dollars pour l'année à venir, alors qu’il prévoyait des revenus de 75 millions auparavant.

Les feuilles des plants dans une serre.

Le gouvernement a annoncé de meilleures prévisions de vente de cannabis pour l'année à venir.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Le gouvernement a aussi annoncé qu'il permettrait aux détaillants de cannabis de vendre des produits en ligne ou par téléphone pour les récupérer en magasin, ce qui réduira les temps d'attente pour avoir accès au cannabis légal.

Les progressistes-conservateurs affirment que ce changement s'inscrit dans le cadre d'une promesse de lever le plafond du nombre de magasins de cannabis et de lutter contre le marché noir. Le nombre de points de vente légaux de marijuana en Ontario doit passe rde 25 à 75 cet automne.

Les petites entreprises

Une réduction du taux d’imposition des petites entreprises, qui passera de 3,5 % à 3,2 %, a aussi été annoncée pour favoriser un « climat propice aux affaires ». La réduction d’imposition représentera une économie de 1500 $ par année pour les 275 000 petites entreprises ontariennes.

Le président de la Chambre de commerce de l'Ontario, Rocco Rossi, a salué cette réduction du taux d’imposition tout en affirmant que la mesure demeurait insuffisante. Nous recommandons de créer un taux à déduction variable pour les petites entreprises, au lieu du taux forfaitaire existant, pour les petites entreprises dont le revenu annuel est supérieur à 500 000 $ , a-t-il communiqué mercredi.

Rocco Rossi en conférence de presse derrière un podium.

Le président de la Chambre de commerce de l'Ontario, Rocco Rossi.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Le gouvernement a aussi annoncé la création du Conseil consultatif du premier ministre pour la compétitivité qui travaillera avec les dirigeants d’entreprises et les travailleurs de la province.

La francophonie

Le gouvernement n’a pas annoncé de mesures majeures en matière de francophonie, conservant le même budget alloué aux affaires francophones. Le ministre Phillips a réitéré dans son discours l’engagement de l’Ontario à collaborer avec Ottawa afin de poursuivre le projet de l’Université de l’Ontario français.

C’est une bonne nouvelle selon le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin : À première vue - on va regarder les détails - on n’a pas reculé, on s’est maintenu.

Amanda Simard parle en entrevue dans un hall de l'assemblée législative.

« En ce moment, on se contente de conserver des acquis, c’est décevant », a déclaré la députée indépendante Amanda Simard.

Photo : Radio-Canada

C’est bien ce maintien de cap qui dérange la députée franco-ontarienne Amanda Simard : Il y a zéro progrès, zéro avancement. On voit simplement des choses qui ont été coupées et qui ne sont maintenant plus coupées, donc ça fait nul. Elle a par ailleurs affirmé qu’elle souhaitait voir le retour du Commissariat aux services français qui a été placé sous l'égide de l'ombudsman de la province.

Le carburant dans le Nord

Le gouvernement a également promis de réduire le taux de la taxe sur le kérosène d'avion de 6,7 centimes à 2,7 centimes le litre dans le Nord. Cette mesure entrerait en vigueur le 1er janvier 2020 dans les régions suivantes : Algoma, Cochrane, Kenora, Manitoulin, Nipissing, Parry Sound, Rainy River, Sudbury, Thunder Bay et Timiskaming.

Le gouvernement a également annoncé son intention de tenir une série de consultations avant de présenter son prochain budget en 2020. Les résidents de l'Ontario, les entreprises et d'autres organismes sont invités à y participer.

L’Ontario prévoit toujours d’atteindre l’équilibre budgétaire d’ici 2023.

Avec les informations de CBC, et Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale