•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La femme mordue par un chien montre du doigt la SPA Mauricie

Sylvie Tremblay dans une rue avec le bras dans le plâtre.

Sylvie Tremblay s'est blessée aux deux bras en s'interposant entre un pitbull qui attaquait son chien.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Marilyn Marceau

Une résidente de Trois-Rivières souhaite que ce qu’elle et son fidèle compagnon ont vécu ne se reproduise jamais. Un pitbull adopté via la SPA Mauricie a attaqué son chien et la dame a été blessée en s’interposant entre les deux.

L’attaque est survenue le 20 octobre, alors qu’elle revenait d’une marche avec sa chienne de cinq ans dans son quartier résidentiel. Le pitbull se serait élancé sur son animal. Les deux propriétaires ont tenté de les séparer et elles ont été mordues par le pitbull.

Sylvie Tremblay porte un plâtre en raison d’une fracture. Son autre main a aussi été blessée. Elle n’a pas pu conduire durant plusieurs jours.

Son chien, Angy, a subi de sérieuses blessures, notamment au thorax et à la patte. Il en aura pour des mois à s’en remettre. Il doit être réopéré à la fin novembre.

Le chien avec un truc autour de sa tête.

Angy, un braque de Weimar, a une importante plaie au thorax.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Sylvie Tremblay n'en veut pas à la propriétaire, mais elle reproche à la SPA Mauricie d'avoir donné le pitbull en adoption, il y a deux ans. Tu ne jumelles pas un pitbull à une dame qui a presque 60 ans, dit-elle, ou à un jeune de 20 ans.

La SPA Mauricie dit s’assurer de jumeler les chiens à des familles expérimentées avec les animaux.

Plainte à venir

Sylvie Tremblay compte porter plainte, mais elle déplore que ce soit la SPA Mauricie qui traitera sa plainte.

Elle souhaitait s’adresser à la police de Trois-Rivières, mais les agents lui ont dit que le dossier sera de toute façon transféré à la SPA Mauricie.

C’est comme s’ils étaient juges et parties [la SPA Mauricie].

Sylvie Tremblay, propriétaire d’un chien

Plainte ou non, la SPA Mauricie va faire une évaluation comportementale de l’animal.

On a des professionnels qui procèdent aux évaluations de morsure ou d’agression à la SPA, explique la directrice générale adjointe de la SPA Mauricie, Sarah-Lise Hamel.

La personne devant des affiches de la SPA Mauricie

La directrice générale adjointe de la SPA Mauricie, Sarah-Lise Hamel

Photo : Radio-Canada

Ce sont nos experts, qui sont capables d’être objectifs, dit-elle.

Sylvie Tremblay souhaiterait que des experts indépendants fassent l’évaluation.

À la suite de l’évaluation comportementale, des conditions de garde seront émises à la propriétaire.

Les conditions peuvent être, par exemple, d’avoir un terrain clôturé, de tenir toujours l’animal en laisse ou de toujours lui faire porter une muselière. Dépendant du résultat, l’euthanasie peut être considérée comme une option.

Des conditions sont par ailleurs imposées à la propriétaire du chien depuis l’attaque.

Sylvie Tremblay souhaite aussi que le règlement municipal sur la garde d'animaux soit plus sévère pour les molosses. Elle aimerait, par exemple, que les propriétaires de ces chiens soient obligés de les enregistrer. Elle a interpellé la Ville de Trois-Rivières à ce sujet.

Des pitbulls en adoption

La dame craint que le genre d’attaque qu’elle a vécu ne se répète.

Il y a cinq pitbulls, mélangés, en adoption à la SPA Mauricie. Est-ce que ça va être tout le temps comme ça?, se demande-t-elle. C’est ce dont j’ai peur.

La SPA Mauricie assure que les animaux donnés en adoption ne sont pas dangereux.

Bien entendu qu’il n’y a aucun chien dangereux qui se retrouve à l’adoption à la SPA Mauricie. On a un devoir de sécurité.

Sarah-Lise Hamel, directrice générale adjointe à la SPA Mauricie

La directrice générale adjointe de la SPA Mauricie souligne que le comportement des animaux peut changer après l’adoption.

La plaie sur le ventre.

Sylvie Tremblay affirme que la plaie au thorax a commencé à guérir, mais elle doit aller encore très souvent chez le vétérinaire et son chien devrait subir une autre opération.

Photo : Radio-Canada

Sylvie Tremblay n’est pas encore retournée prendre une marche avec son chien, mais désormais, elle compte se promener avec du poivre de cayenne ou un objet de protection, afin de pouvoir mieux intervenir si une autre attaque se produisait.

Malgré les importantes blessures que son geste lui a causées, Sylvie Tremblay n’hésiterait pas à s’interposer à nouveau. Je ne le laisserais pas se faire dévorer, dit-elle.

Des mains avec des pansements et un chien avec des blessures.

Sylvie Tremblay et son chien ont été blessés lors d'une attaque d'un autre chien, le 20 octobre dernier. Elle a publié cette photo sur Facebook quelques jours plus tard.

Photo : Facebook/Sylvie Tremblay

Mauricie et Centre du Québec

Animaux de compagnie