•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple reçoit simultanément l’aide médicale à mourir

Trois photos de Francine Messier et François Boucher à différentes époques.

Francine Messier et François Boucher sont décédés à quelques secondes d’intervalle après avoir reçu l'aide médicale à mourir.

Photo : Courtoisie

Davide Gentile
Daniel Boily

Unis par 50 ans de vie commune, Francine Messier et François Boucher ont reçu ensemble l’aide médicale à mourir, à Laval, la semaine dernière. Ils ont tous deux reçu une greffe du rein il y a de nombreuses années, et leur qualité de vie diminuait depuis des mois. Leur fils raconte leur histoire pour sensibiliser la population à la question du don d’organes.

Ils sont décédés à quelques secondes d’intervalle, sur des civières placées côte à côte. Entre les deux, une petite place pour le médecin qui allait administrer l’aide médicale à mourir. Et dans la chambre, des membres de la famille, dont leur fils unique, Jean-François.

Quelques minutes avant la fin, François Boucher communique un dernier message d’amour à sa femme Francine Messier. Il a dit à ma mère qu'il était heureux d'avoir passé les 50 dernières années de sa vie avec elle. Et qu'il était content de pouvoir partir en même temps qu'elle, raconte leur fils. Il a aussi souhaité à son fils de pouvoir lui aussi vivre 50 années de bonheur avec sa conjointe. Ce sont les dernières paroles qu’on a échangées, précise Jean-François Boucher.

L’histoire donne tout son sens à l’expression pour le meilleur et pour le pire. Les deux époux ont longtemps été des greffés d’un rein, avant un rejet, puis le retour à la dialyse. Ils souffraient tous deux de la maladie polykystique des reins, qui diminue graduellement le fonctionnement de ces organes. C’est d’ailleurs pour sensibiliser la population au don d’organe que Jean-François Boucher parle publiquement de l’histoire de ses parents.

Leur vie avait été prolongée par la greffe. Mais au Québec, bon an mal an, plus de 500 personnes sont en attente d’une greffe de rein. Simplement parce que le nombre de donneurs plafonne. L'attente est de quelques années. Donc bien des gens vont mourir de ça, explique M. Boucher. Compte tenu de leur âge et parce qu’ils souffraient d’autres maladies, ses parents n’étaient pas priorisés pour une 2e greffe.

Militer pour inverser le système

Jean-François Boucher milite pour que le Québec instaure la présomption au consentement de don d’organes. À moins qu’ils ne le signifient par écrit, les gens décédés seraient présumés consentants à donner leurs organes. Il semble qu'on pourrait doubler le nombre d'organes si on inversait la logique actuelle, indique-t-il. Rien ne garantit toutefois que ses parents auraient pu être greffés une deuxième fois, même si le nombre d’organes disponibles était plus élevé.

Le destin des deux septuagénaires interpelle beaucoup leur fils, puisqu’il est lui-même greffé d’un rein et est atteint de la même maladie que ses parents. Jean-François Boucher souhaite ainsi rappeler que la greffe rénale fait une énorme différence. Quand on constate la qualité de vie de gens greffés versus ceux qui sont en dialyse, ça n’a rien à voir, dit-il.

Il estime que l’aide médicale à mourir a facilité la fin de vie de ses parents. Plutôt que de voir l'un partir avant l'autre, ils ont décidé de partir en même temps. Malgré tout, perdre ses deux parents est un choc énorme pour lui. Je suis fils unique. Perdre mes parents en l'espace de quelques secondes. C'est un deuil immense pour moi.

D’après nos informations, un autre couple aurait plus tôt cette année décidé d’obtenir en même temps l’aide médicale à mourir.

Aide médicale à mourir

Santé