•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi des internautes ont cru que la croix du mont Royal serait retirée

Une dizaine de personnes ont manifesté dimanche dernier contre son « démantèlement ».

Bouchra Ouatik

Un groupe de manifestants se définissant comme « Les Gardiens du Québec » s’est rendu dimanche au sommet du mont Royal pour protester contre le démantèlement de la croix installée sur la montagne, une rumeur qui n’a pourtant aucun fondement.

On voit trois manifestants portant les drapeaux du Québec et des Patriotes, ainsi qu'une croix avec un squelette et une pancarte qui dit « Trudeau traître du Québec ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une photo des participants au rassemblement au sommet du mont Royal, le 3 novembre dernier

Photo : Capture d'écran - Facebook

Dans des messages qui ont circulé en ligne dans les jours précédant le rassemblement, des internautes affirmaient que la Ville de Montréal avait l’intention de céder le terrain de la croix à l’Université McGill et que cette dernière allait ensuite retirer le symbole religieux pour y construire des copropriétés. Ces informations ont toutes été démenties par la Ville et par l’Université, qui disent ignorer la source de ces rumeurs.

Les manifestants portaient un drapeau du Québec, un drapeau des Patriotes ainsi qu’une croix sur laquelle était crucifié un squelette et une affiche avec la phrase « Trudeau traître du Québec ». Même si une dizaine de personnes seulement s’étaient déplacées, de nombreux internautes ont cru à la rumeur et se sont insurgés sur les réseaux sociaux.

Plusieurs des commentaires ciblaient les musulmans, accusés d’être responsables du présumé retrait de la croix. D’autres internautes évoquaient le projet de loi 21, qui concerne le port de signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité, et qui ne s’applique donc pas à la croix du mont Royal.

Selon une publication de Luc Desjardins, la Ville de Montréal veut céder le terrain de la croix du mont Royal à l'Université McGill, qui y construirait des condos.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon une publication de Luc Desjardins, la Ville de Montréal veut céder le terrain de la croix du mont Royal à l'Université McGill, qui y construirait des condos.

Photo : Capture d'écran - Facebook

Des ouï-dire, admet l’organisateur

L’instigateur du rassemblement, Luc Desjardins, admet d’emblée qu’il ne s’agit que de rumeurs. « On n’a rien de tangible comme preuves, mais on en a entendu parler par beaucoup de monde, a-t-il dit à Radio-Canada. C’est sûr qu’il peut y avoir du biaisé là-dedans aussi, mais il n’y a jamais de fumée sans feu. »

C’est juste du ouï-dire. Nous, on n’est pas allés là sur des faits, parce que si ça avait été des faits, il aurait été trop tard.

Luc Desjardins, organisateur du rassemblement

Il confirme que cette rumeur a pris naissance après la publication d’une lettre ouverte dans le quotidien Le Devoir (Nouvelle fenêtre) concernant l'avenir de l’ancien hôpital Royal Victoria, situé sur le flanc de la montagne.

Les signataires de la lettre s’opposaient à ce que le gouvernement du Québec cède le bâtiment à l’Université McGill. Cette lettre ne faisait cependant aucune mention de la croix, puisque celle-ci se trouve à un demi-kilomètre de l’ancien hôpital, sur un territoire protégé qui appartient plutôt à la Ville de Montréal.

L’Université McGill confirme avoir l’intention d’acquérir un bâtiment de l’ancien hôpital Royal Victoria, afin de le convertir en centre de recherche universitaire. « Le projet que nous sommes à planifier avec le gouvernement du Québec [...] concerne une portion très réduite du site de l’ancien hôpital Royal Victoria », indique le porte-parole de l’université, Pierre Boisseau. Il ajoute que le projet ne concerne aucunement le terrain de la croix, et qu’il n’a jamais été question de construire des copropriétés.

On n’a aucune idée [d’où ça vient], parce qu’on n’en a jamais, jamais fait mention de notre côté.

Pierre Boisseau, directeur principal, Communication institutionnelle, Université McGill

La Ville de Montréal, propriétaire de la croix, (Nouvelle fenêtre) dit également ignorer d’où émane cette rumeur.

La Ville n'a aucunement l'intention de démanteler ou de vendre la croix du mont Royal ou le site où elle se retrouve. Les terrains et la croix sont protégés.

Audrey Gauthier, relationniste, Ville de Montréal

Les participants au rassemblement du mont Royal se réclament du groupe des Gardiens du Québec, dont une action au café Frida de Trois-Rivières, en juillet dernier, avait fait l’objet d’une enquête. Ils font également partie du mouvement de la Vague bleue, qui a tenu des manifestations en appui au projet de loi 21 au printemps dernier.

Décrypteurs, notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société