•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La coop Air du Lac-Saint-Jean veut boucler son financement avant Noël

L'aérogare d'Alma.

Les villes d'Alma et de Roberval souhaitent relancer le dossier du transport aérien vers Montréal.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La coopérative Air du Lac-Saint-Jean se donne jusqu’à Noël pour amasser les quelque 250 000 $ nécessaires à la mise en place d’un service aérien vers Montréal.

Les entreprises seront courtisées. Pour devenir membre, un investissement de 150 $ à 12 500 $ sera requis. Après plusieurs échecs, les villes d’Alma et Roberval souhaitent relancer le projet de transport aérien au Lac-Saint-Jean.

La coopérative souhaite également trouver un transporteur qui possède un avion pouvant accueillir neuf passagers afin d’offrir des vols au moins trois fois par semaine. Il s’agit du seuil minimal pour que le service soit viable. Pour l’instant, seule Desjardins s’est jointe à la coopérative.

Environ 500 $ du billet

Selon une étude d’Explorer Solutions, spécialisée dans l’évaluation du marché aérien, les entreprises seraient prêtes à payer entre 500 $ et 600 $ par billet d’avion.

Les maires d’Alma et de Roberval jugent le service essentiel pour le développement économique du Lac-Saint-Jean.

La Régie de l’aéroport de Dolbeau-Mistassini, Normandin et Saint-Félicien appuie ces démarches puisque le service n’entrerait pas en compétition avec ce qu’elle offre. L’aéroport ne détient pas la certification lui permettant d’offrir des vols nolisés.

Air du Lac-Saint-Jean explore aussi la possibilité de dénicher d’autres sources de revenus. Elle pourrait notamment offrir le transport de colis.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !