•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès des frères Theriault : Dafonte Miller donne une version des faits diamétralement opposée

Dessin d'un homme borgne et d'une femme.

La procureure de la Couronne Linda Shin montre un document à Dafonte Miller lors de son témoignage contre les frères Theriault, le 6 novembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Oshawa, Dafonte Miller affirme que les frères Theriault l'ont attaqué et battu avec un tuyau alors qu'il se promenait avec des amis devant leur propriété de Whitby en 2016. Christian et Michael Thériault sont inculpés pour voies de fait graves et obstruction à la justice pour avoir battu le jeune Noir de 19 ans avec une barre de métal.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

Dafonte Miller explique à la barre des témoins qu'il marchait dans la rue avec deux amis la nuit du 28 décembre 2016 lorsqu'ils sont passés devant les deux frères Theriault qui se tenaient debout devant leur entrée de garage. Il soutient que Christian Theriault leur a demandé ce qu'ils faisaient dans le quartier.

Dafonte Miller ajoute que son ami AJ a rigolé. Je leur ai demandé pourquoi ils nous posaient des questions de la sorte et l'un d'eux m'a répondu qu'il était un policier et qu'il avait le droit de poser les questions qu'il voulait, poursuit Dafonte Miller.

Dafonte Miller souligne qu'ils se sont alors mis à s'éloigner, puis à courir, car ils se sentaient pourchassés. Il ajoute qu'ils ont toutefois couru dans des directions opposées.

Celui qui avait de long cheveux (Christian, ndlr) m'a alors rattrapé lorsque j'ai bifurqué entre deux maisons, il m'a saisi par le bras et pris la tête en étau avant de me projeter au sol.

Dafonte Miller, témoin

Il précise qu'il a alors vu le frère aux cheveux courts les rejoindre et qu'il avait un tuyau dans la main.

Dafonte Miller souligne qu'il a réussi à se dégager de l'emprise de Christian. Celui aux cheveux courts m'a alors frappé à la tête, pendant que l'autre me battait à mains nues... j'essayais de me protéger contre les coups de barre de métal, dit-il.

Le témoin affirme qu'il a néanmoins réussi à se relever avant de leur échapper et de courir en direction du porche de la maison pour demander de l'aide. J'ai cogné très fort contre la porte, mais on ne répondait pas. Il affirme qu'il voyait bien qu'il saignait du visage.

Il affirme qu'il a alors quitté les lieux pour aller vers une autre résidence lorsqu'il a aperçu l'un des deux frères le suivre à nouveau du porche vers l'entrée de garage de la maison. Je me souviens avoir été à nouveau frappé au moment où je quittais le porche, précise-t-il.

Dafonte Miller soutient qu'il a alors été à nouveau pourchassé dans l'entrée de garage de la résidence où il avait demandé en vain de l'aide. J'ai été frappé dans le dos et je suis alors tombé par terre... j'ai tenté d'appeler le 911 avec mon cellulaire, mais l'homme aux cheveux courts me l'a retiré des main, poursuit-il.

Croquis de trois hommes et une femme.

Les accusés Christian et Michael Theriault (au fond), la procureure de la Couronne Linda Shin, et le témoin principal Dafonte Miller à la Cour d'Oshawa le 6 novembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Il ajoute que Michael Theriault a continué à le frapper dans le torse et l'abdomen, en tenant son téléphone dont l'appel avait déjà été composé. Il dit alors avoir entendu Michael Theriault, un policier de Toronto en congé ce soir-là, parler à l'opératrice en lui criant qu'il venait de l'arrêter. Je tentais de parler à l'opératrice par dessus sa voix et j'ai crié qu'il était allongé sur moi, continue-t-il.

Dafonte Miller précise que Michael Theriault l'a alors retourné sur le ventre pour le maîtriser. Je ne me souviens plus s'il avait toujours le tuyau avec lui ni où se trouvait l'autre homme aux cheveux longs, répond-il à la Procureure Linda Shin.

Le jeune homme affirme que des auto-patrouilles sont arrivées sur les lieux, et qu'il a compris qu'il était appréhendé. Il m'ont fouillé les poches et pris mes clefs, ma monnaie et une petite quantité de marijuana, conclut-il.

Dafonte Miller a par ailleurs dit que Michael Theriault sentait l'alcool et la cigarette, mais qu'il n'a jamais été suffisamment proche de Christian Theriault pour savoir s'il sentait la même chose.

L'oeil gauche de Dafonte Miller a été retiré lors d'une chirurgie.

Dafonte Miller a perdu l'usage de son oeil gauche.

Photo : Unité provinciale des enquêtes spéciales

Le plaignant, qui avait 19 ans à l'époque, a déclaré au tribunal que son œil gauche « avait presque éclaté » lors de l'agression et qu'il a depuis subi deux interventions chirurgicales et porte maintenant un œil de verre. Il a également déclaré que les « os structurels » de son visage avaient été brisés, que son poignet avait été fracturé et qu'il avait eu des contusions à de nombreux endroits.

La défense des deux accusés a toujours laissé entendre que c'est Dafonte Miller qui était armé d'une barre de métal et que Christian Theriault avait eu la peur de sa vie, mais que ses clients avaient réussi à désarmer Dafonte Miller et à appeler le 911, parce qu'ils le soupçonnaient d'avoir volé le contenu de plusieurs véhicules du quartier et qu'ils l'avaient surpris en train de vouloir s'introduire dans le camion de leurs parents cette nuit-là.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !