•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Golden devient un haut lieu du vélo de montagne

Un paysage fait de montagnes et d'habitations.

La municipalité de Golden, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, talonne Squamish en ce qui concerne le vélo de montagne.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

Noémie Moukanda

Des passionnés de vélo de montagne à Golden, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, se sont donné pour mission de former des instructeurs de cette discipline dont la popularité touche un public de plus en plus jeune.

Avec une hausse exponentielle d’adeptes en Colombie-Britannique, le vélo de montagne à Golden est accessible à tous, affirme David Gagnon, adepte de ce sport. Et, comme l’intérêt se manifeste à un âge de plus en plus bas, la région est devenue le terrain idéal pour susciter des vocations et parfaire ses compétences.

David Gagnon et son vélo.

David Gagnon prédit un bel avenir au vélo de montagne qui est devenu un attrait touristique indéniable en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

Il y a une explosion. C’est gros en ce moment. On en parle partout. C’est une source vraiment importante de tourisme aussi en Colombie-Britannique.

David Gagnon, passionné de vélo de montagne et fondateur de Crux

Aller plus haut, plus loin

David Gagnon est le fondateur de Crux, une initiative qui a servi à créer une association sans but lucratif. Selon lui, cette industrie en plein boom va continuer à se développer. Et le coût plus démocratique des vélos contribue à l’expansion de la discipline, ce qui lui garantit un bel avenir, croit-il.

Cet athlète avait un bagage sportif imposant. L’envie de transmettre ses connaissances en formant des moniteurs a été une évidence pour lui.

Ce qui était à la base de ça était ma motivation pour donner à mes enfants une structure pour qu’ils puissent apprendre certaines activités.

David Gagnon, passionné de vélo de montagne et fondateur de Crux

L'ascension du vélo de montagne dans les Rocheuses

Par ailleurs, la communauté de Golden, au pied des montagnes Rocheuses, rend l’activité de plus en plus accessible, en aménageant des sentiers adaptés à cette discipline qui figure aux Jeux olympiques depuis 1996 . Des sentiers moins extrêmes, à la portée de tous, aideraient à attirer une population plus nombreuse, affirme David Gagnon.

Freya sur son vélo devant les montagnes Rocheuses.

À l'âge de 2 ans, Freya Denham a déjà suivi le programme créé par David Gagnon.

Photo : John Denham

On a plus que doublé [le nombre] d’enfants qui ont participé, cette année, à nos programmes. Je pense que la demande va être encore plus grande l’année prochaine.

David Gagnon, passionné de vélo de montagne et fondateur de Crux

La fréquentation du club cycliste de Golden confirme la popularité de ce sport de plein air, avec 230 jeunes inscrits dans les camps, deux fois plus que l’année précédente, explique l’instructeur Martin Lafontaine. Jason Romani, un mécanicien qui enseigne le vélo de montagne depuis trois ans, estime que c’est un succès pour une population de 3700 habitants. Les jeunes commencent à l’âge de 4-5 ans jusqu’à 10-12 ans.

Ce succès requiert donc de former davantage de moniteurs qui décrocheront une certification. Le programme de formation met un point d’honneur à avoir une pédagogie adaptée à différents groupes d’âge, et aux niveaux d’attention et d’habileté des élèves. Des cours se donnent aussi à des groupes spécifiques, par exemple à des femmes.

Deux hommes qui tiennent leurs vélos devant la vue des montagnes Rocheuses.

Jason Romani (en vert) et Martin Lafontaine (en bleu) sont tous deux instructeurs de vélo de montagne à Golden.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

Une figure inspirante

Aux yeux des instructeurs, David Gagnon est un modèle. Les interactions sont rafraîchissantes, estime Marie Robert, qui est passée d’élève à monitrice au sein de Crux. Il a tout le temps de nouvelles idées à nous transmettre pour que nous puissions devenir de meilleurs entraîneurs, dit-elle.

Ce n’est pas pour rien que je suis devenue [instructrice]. C’est lui qui m’a motivée.

Marie Robert, instructrice de vélo de montagne

En outre, les membres de l’équipe du fondateur de Crux apprécient la reconnaissance de leur travail qui se reflète dans leurs salaires. Il paie très bien ses entraîneurs, souligne l'instructrice. Martin Lafontaine lui en est reconnaissant. C’est incroyable qu’il soit capable de donner de son temps et son énergie envers la communauté pour nous permettre de nous développer comme instructeurs et comme personnes, s’exclament Martin et Jason.

Des hommes et des femmes avec leurs vélos.

David Gagnon est fier d'être entouré d'amoureux du vélo de montagne expérimentés.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

Marie Robert définit d’ailleurs un bon entraîneur comme quelqu’un qui essaie de jouer avec les enfants, en insistant sur les principes de sécurité, sans trop s’attarder sur la technique. Car, pense-t-elle, le vélo est un jeu et comme il se joue en pleine nature, il est important de sensibiliser également les enfants à l’environnement.

Une histoire de famille

D'aussi longtemps qu’il s’en souvienne, le vélo a toujours fait partie de [sa] vie, comme pour beaucoup de Canadiens, raconte David Gagnon. Au-delà de l’objet, le vélo constitue un lien social qui a permis à ce père de quatre enfants de solidifier des amitiés. Moteur de sa vie, les deux roues lui apportent indépendance et dépassement de soi, et des émotions fortes ressenties durant dix années de compétition, dont une Coupe du monde au Mont-Sainte-Anne, au Québec.

Un garçon assis sur son vélo dans un parcours cycliste de montagne.

L'engouement du vélo de montagne commence dès le plus jeune âge, comme chez Ruben Gagnon, qui a 6 ans et qui chevauche son engin depuis plusieurs années.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

David Gagnon n’a pas tardé à transmettre cet héritage à ses enfants. Dès l’âge de 2 ans, ils ont enfourché leurs vélos sans pédales. Ce premier pas dans l’univers cycliste est facilité par l’offre de vélos qui se retrouve sur le marché. Toutes les composantes sont faites pour les petites mains, explique le sportif aguerri. Cela aide les jeunes à se développer et à progresser.

Albert, notre dernier, il est en feu. Il est motivé par les autres. Il faut qu’on le retienne.

David Gagnon, passionné de vélo de montagne et fondateur de Crux

Âgés de 3 à 7 ans, la fille et les trois garçons Gagnon ont le vent dans les voiles pour suivre le chemin tout tracé de leur père.

Une ascension comparable au ski

David Gagnon n’a pas seulement donné des coups de pédale en dévalant les sentiers les plus exigeants. Il a aussi arpenté les pistes enneigées les plus ardues sur sa planche à neige. D’ailleurs, les sports d'hiver et le vélo de montagne ont beaucoup de similitudes, relève Marie Robert.

Les habiletés principales sont équilibre et coordination [comme] on voit le pas mal dans tous les mouvements qu’on doit faire en ski ou en vélo.

Marie Robert, instructrice de vélo de montagne
Marie qui tient son vélo sans roue dans une voiture.

Marie Robert, instructrice, s'inspire de ses acquis en ski pour enseigner le vélo de montagne.

Photo : Radio-Canada / Julie Carpentier

Ancienne directrice d’une école de ski, la femme a remarqué une chose : Les gens qui se retrouvent ici recherchent la même chose : les aventures, la montagne, la forêt, un sentiment de liberté.

Comme cela arrive souvent avec le ski, Crux recrute des adolescents pour devenir des tail guides, des apprentis guides qui apprennent le métier auprès d'un guide principal. J’aimerais que les enfants à qui on enseigne le fassent à leur tour à l’adolescence, dit Marie Robert.

Le français en tête de peloton

Comme un aimant, David Gagnon a attiré beaucoup de francophones dans son aventure, la plupart venant du Québec. La moitié des instructeurs de vélo sont donc bilingues. Jamais le nez dans le guidon, M. Gagnon voit les occasions qui se présentent.

Des cyclistes sur un sentier boisé.

Le vélo de montagne prend de l'élan à Golden avec des adeptes de plus en plus nombreux.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

On pourrait avoir des classes de vélo de montagne [en français].

David Gagnon, passionné de vélo de montagne et fondateur de l’initiative Crux

Avec son groupe de professionnels francophones, il a compris qu’il peut passer à la vitesse supérieure. Il faudrait que je lance un programme ou une classe [en français] spécifiquement.

Étant donné que la communauté francophone se consolide à Golden, avec notamment la nouvelle école du Conseil scolaire francophone, David Gagnon a saisi l’occasion pour que sa discipline soit intégrée dans les activités d’éducation physique. L’ouverture de la directrice de l’établissement à cette idée lui donne confiance pour l'avenir.

Avec les informations recueillies par Julie Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Sports et loisirs