•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger d'Ottawa : « On n'a pas eu ce pour quoi on a payé », dit le directeur municipal

Un devant du train léger et des passagers qui attendent sur un quai.

Des retards et des problèmes de portes du train léger ont mis la patience des usagers à l'épreuve au cours des dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / EMILEE FLANSBERRY-LANOIX

Claudine Richard
Mis à jour le 

Qui est le grand responsable des ratés du train léger d'Ottawa? C'est le Groupe de transport Rideau (RTG), selon le directeur municipal Steve Kanellakos. Ce dernier avance que le consortium — qui est responsable de la construction et de l'entretien du train léger pour les 30 prochaines années — ne livre pas le service pour lequel il a été engagé.

M. Kanellakos a fait cette déclaration mercredi, au début de la rencontre extraordinaire de la Commission du transport en commun d'Ottawa. On n'a pas eu ce pour quoi on a payé, a-t-il lancé.

La présentation de la Direction générale des transports de la Ville d'Ottawa a duré plusieurs heures. Une série de 81 diapositives PowerPoint a été utilisée, mais elle n’avait pas été distribuée aux médias avant la rencontre, ce qui a limité les possibilités de poser des questions sur des points précis.

Pas d'échéancier pour régler les problèmes

Les responsables du consortium RTG ne sont par ailleurs pas en mesure de donner un échéancier pour la correction des problèmes sur la ligne de la Confédération.

Le conseiller municipal de Rideau-Rockcliffe, Rawlson King, a pressé le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, de questions à savoir quand les problèmes du train léger seront réglés.

Quand sera-t-on en mesure d’arriver au travail à l’heure?

Rawlson King, conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe

Nous avons rencontré la direction de RTG et, en ce moment, ils ne nous ont pas donné d’échéancier clair, a répondu M. Manconi.

Dans leur présentation devant la Commission du transport en commun, les représentants de la Direction générale des transports de la Ville d'Ottawa ont affirmé que quatre principaux problèmes expliquent les interruptions de service des dernières semaines.

Ils ont cité le système de contrôle et de gestion des trains (SCGT), le système informatique à bord des véhicules (VOBC), les problèmes de portes et le système d’aiguillage. Ils ont également évoqué des enjeux d'effectifs chez RTG.

La Ville a averti RTG que les ressources assignées au règlement rapide des problèmes affectant la ligne n'étaient ni suffisantes ni appropriées, pouvait-on lire sur une diapositive accompagnant la présentation.

Le groupe doit prendre des mesures immédiates pour corriger les problèmes des trains, anticiper les défaillances potentielles et augmenter sensiblement les ressources techniques et spécialisées.

Présentation de la Direction générale des transports de la Ville d'Ottawa

En entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau, mercredi soir, le maire d'Ottawa a rappelé que c’est pour cette raison que la Ville retient des sommes du paiement final du train léger.

À la fin de la journée, je suis le maire, je prends la responsabilité, mais nous ne sommes pas satisfaits, a déclaré Jim Watson.

Malgré tout, la ligne de la Confédération du train léger aurait une fiabilité opérationnelle de 97,6 %, selon les données fournies par la Direction générale des transports de la Ville d'Ottawa.

Des solutions immédiates

Des chauffeurs d'autobus seront embauchés et 40 autobus supplémentaires ont récemment été déployés sur le réseau d'OC Transpo pour pallier les problèmes.

En 2020, s'ajouteront 19 autobus supplémentaires aux 40 déjà ajoutés en 2019 pour un total de 59 autobus supplémentaires sur le réseau du transporteur public.

En 2020, la Ville affectera encore 7,5 millions de dollars additionnels au développement du réseau d’autobus, afin d’améliorer la fiabilité du service d’autobus, d’en accroître la capacité, de réduire le temps d’attente et d’offrir de nouvelles correspondances dans les secteurs en croissance, avait indiqué le maire Jim Watson, mercredi matin, lors du dépôt du budget 2020 de la Municipalité.

Ces fonds permettront d’augmenter le nombre d’autobus en attente dans des endroits stratégiques et de prolonger les horaires de certains circuits pour répondre à la hausse de l’achalandage.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Des ingénieurs ont aussi été demandés pour régler les problèmes informatiques avec le système du train léger.

Une dizaine de mesures correctives ont également été mises en place pour régler les problèmes de portes qui ont affligé la mise en service du train léger.

Parmi celles-ci, on retrouve l'inspection de tous les mécanismes et le renforcement des messages rappelant aux usagers de ne pas maintenir les portes ouvertes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun