•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Galas de boxe au profit du CHU de Québec : le promoteur en défaut de paiement

Le promoteur du gala de boxe, Denis Perreault, en compagnie de la présidente et chef de la direction de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec, Marie-Claude Paré.

Photo : Radio-Canada

Olivier Lemieux

Le promoteur Denis Perreault n'a pas versé la totalité de la somme de 50 000 $ annoncée à l'issue du plus récent gala de boxe au profit de la Fondation du CHU de Québec, en mai dernier. L'organisation a mis fin à son association avec lui.

Pour nous, c’est vraiment terminé, tranche la présidente et chef de la direction de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec, Marie-Claude Paré.

Depuis le début de l’été, elle a multiplié les démarches afin d’obtenir les 50 000 $ qui auraient été amassés lors d’un gala de boxe pour soutenir la recherche sur les maladies du dos, le 31 mai et le 1er juin derniers, au Colisée de Loretteville.

Le promoteur de l’événement, Denis Perreault, n’a pas été en mesure d’honorer son engagement. À ce jour, un peu plus de 31 000 $ ont été versés au CHU.

Le gala de boxe de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec

Un gala de boxe de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec

Photo : Radio-Canada

On a eu des appels et des rencontres, déplore Marie-Claude Paré. On a fait ce qu’on avait à faire.

Pour nos partenaires, nos donateurs et les gens qui nous entourent, ce n’est pas acceptable.

Marie-Claude Paré, présidente et chef de la direction de la Fondation du CHU

Il s’agit d’un important revirement de situation, puisque les deux premiers galas organisés par Denis Perreault, en mai et décembre 2018, avaient permis de récolter les sommes promises. Au total, 49 681 $ et 52 951 $ ont été versés à la Fondation du CHU.

Le promoteur se défend

Denis Perreault, le promoteur du gala de boxe au profit de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec.

Denis Perreault, le promoteur du gala de boxe au profit de la Fondation du Centre hospitalier (CHU) de Québec

Photo : Radio-Canada

Denis Perreault se défend d’avoir agi de façon malhonnête dans cette histoire et assure qu’il ne s’est pas mis un dollar destiné à la Fondation du CHU dans les poches.

Selon lui, plusieurs commanditaires n’ont pas versé les sommes promises à l'issue du gala au mois de mai dernier, à Loretteville.

Ça va me faire plaisir de collaborer avec le CHU pour aller les chercher le plus possible, promet-il.

Est-ce que j’ai été lent à tout régler? Oui, et je m’en excuse sincèrement. Est-ce que j’ai été malhonnête? Non.

Denis Perreault, promoteur de gala de boxe

Une version contestée

La direction des suppléments alimentaires XPN, principal commanditaire des galas, conteste la version des faits de Denis Perreault.

Le copropriétaire de l'entreprise, Éric Létourneau, admet qu’il a bel et bien appuyé financièrement les deux premiers galas de boxe au profit de la Fondation du CHU. Mais pas celui de mai dernier.

XPN s'est seulement engagée à donner des cartes-cadeaux aux participants lors du troisième événement, soutient M. Létourneau.

Éric Létourneau, copropriétaire de l'entreprise XPN.

Éric Létourneau, copropriétaire de l'entreprise XPN

Photo : Radio-Canada

Confronté à ce sujet, Denis Perreault admet qu’il a peut-être tenu la participation financière de l’entreprise XPN pour acquise.

J’ai pris une chance. J’avais 99,9 % des chances que ça soit correct, mais il a changé d’idée. Je n’ai pas le contrôle là-dessus, se défend-il.

Éric Létourneau assure pour sa part qu'il n’a rien à voir avec le litige entre Denis Perreault et la Fondation du CHU de Québec.

Il dit avoir tourné le dos au promoteur afin de protéger l’image de son entreprise.

« Je lui ai dit qu’on n’était pas en chicane, mais que je n’étais plus à l’aise d’embarquer là-dedans », explique Éric Létourneau.

On ne voulait plus entendre des choses négatives associées à notre nom.

Éric Létourneau, copropriétaire de XPN

Une nouvelle fondation pour le prochain gala

Malgré la controverse, Denis Perreault prévoit tout de même la tenue d’un quatrième gala de boxe au Centre de foires d’ExpoCité.

L’événement doit se tenir les 10 et 11 décembre prochain. Environ 80 boxeurs y participeront.

Sur les médias sociaux, plusieurs participants sollicitent les dons du public en précisant que les profits du gala seront versés à la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Le logo de l’organisme apparaît bien en évidence sur les billets.

Les participants du gala de boxe sollicitaient l'aide de leurs proches pour vendre des billets au profit de la Fondation.

Les participants du gala de boxe sollicitent l'aide de leurs proches pour vendre des billets au profit de la Fondation.

Photo : Radio-Canada

La Fondation des maladies du cœur a pourtant avisé Denis Perreault qu’elle se dissociait de l’événement il y a plus d’un mois.

Le 3 octobre, on a contacté les organisateurs pour retirer le droit d’utiliser notre logo et notre nom en association avec le gala de boxe, précise Dominique Dumais, coordonnatrice des collectes de fonds pour la Fondation.

Mme Dumais explique qu’elle n’était pas au courant des sommes dues par M. Perreault à la Fondation du CHU quand elle a accepté son offre de partenariat à la fin de l’été.

De bonnes intentions

Cent pour cent de ce qui a été fait l’a été avec de bonnes intentions, assure Denis Perreault.

Au sujet de son prochain gala, le promoteur déplore ne pouvoir retirer de la circulation l’ensemble des billets déjà vendus, mais il assure que le logo de la Fondation des maladies du cœur n’apparaîtra pas sur les affiches officielles de l’événement.

Il jure aussi que tous les boxeurs ont été avertis que l'événement ne visait plus à amasser des dons pour les maladies du coeur et que chacun était libre d'appuyer la cause de son choix.

Le promoteur de l'événement avec une recrue, à l'entraînement.

Le promoteur de l'événement avec une recrue, à l'entraînement.

Photo : Radio-Canada

Denis Perreault tient à rappeler qu’il a versé plus de 133 000 $ à la Fondation du CHU au terme de trois galas de boxe depuis 2018.

Selon lui, même s’il a fait « des erreurs », ses anciens partenaires le jugent beaucoup trop sévèrement.

Il se dit victime des préjugés qui entourent le monde de la boxe.

Si ça avait été du patinage artistique, ils seraient moins frileux. Vous comprenez que la boxe, c’est particulier, conclut-il.

Québec

Boxe