•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 développeurs avaient accès à des informations de membres de groupes Facebook

Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg devant le logo de Facebook.

Les développeurs concernés devaient perdre accès à ces données après le scandale Cambridge Analytica en avril 2018.

Photo : Reuters / Robert Galbraith

Radio-Canada

Une centaine de développeurs d’applications avaient un accès non autorisé aux noms, photos de profil et d’autres données non spécifiées de membres de groupes Facebook jusqu’à tout récemment, alors que le réseau social leur avait interdit ces accès après le scandale Cambridge Analytica en avril 2018.

C’est l’entreprise qui a elle-même avoué sa faute dans un billet de blogue publié lundi. La situation est maintenant réglée, mais Facebook explique qu’au moins 11 des développeurs ont consulté ces données au cours des 60 derniers jours.

Les applications en question sont utilisées par des gestionnaires de groupes Facebook pour gérer leurs communautés, explique le responsable des partenariats du réseau social, Konstantinos Papamiltiadis, dans le billet de blogue.

Bien que nous n’ayons trouvé aucune preuve de mauvaise utilisation [des données], nous demandons [aux développeurs] de supprimer toute donnée de membre qu’ils auraient conservée et nous procéderons à des examens afin de nous assurer qu'on a tout supprimé , a-t-il assuré.

Les noms des développeurs et des groupes concernés n’ont pas été divulgués. Nous ne savons pas non plus combien cette erreur a touché de membres.

Facebook a récemment exprimé une volonté d’accorder plus d’importance à la vie privée de ses membres et d’être plus transparent au sujet de ses faux pas. L’entreprise devrait d’ailleurs annoncer mercredi de nouvelles mesures de chiffrement des messages sur sa plateforme Messenger.

Avec les informations de The Verge, et The Next Web

Cybersécurité

Techno