•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 40 ans : l’accident ferroviaire de Mississauga

    En 1979, l'incendie d'un train transportant des produits dangereux a forcé l'évacuation des résidents de Mississauga, en Ontario.

    Radio-Canada

    Dans la nuit du 10 novembre 1979, un train transportant des matières dangereuses déraille en plein coeur de la ville de Mississauga, puis explose. Une catastrophe qui mènera au plus grand effort d’évacuation civile de l’histoire canadienne.

    Le gouvernement de l'Ontario vient d'annoncer l'évacuation de 100 000 résidents de Mississauga, en banlieue de Toronto, alors que des wagons-citernes contenant des produits chimiques sont en flammes depuis la nuit dernière.

    Jean Ducharme

    C’est ainsi que le présentateur Jean Ducharme annonce l’accident ferroviaire au bulletin Hebdo dimanche du 11 novembre 1979.

    La veille, à 23 h 53, le train 54 du Canadien Pacifique (CP) déraille à la croisée du chemin Mavis, au centre-ville de Mississauga.

    Comble de malheur, 19 des 24 wagons accidentés contiennent les matières les plus nocives qui soient : du propane, du styrène, du toluène et du chlore.

    À 0 h 10, une explosion éventre une citerne de propane, provoquant du même coup une fissure dans la citerne de chlore liquide. Un brouillard verdâtre se répand alors lentement au-dessus des lieux de l'accident.

    Vers 1 h 30 du matin, les autorités ordonnent une première évacuation préventive dans le périmètre de l’incendie toxique. C'est la première d'une série de 13 évacuations qui se dérouleront dans les 20 heures suivantes.

    En fin de compte, 218 000 des 284 000 habitants de Mississauga, neuvième ville la plus peuplée du Canada, devront quitter leur domicile.

    Un an plus tard, le journaliste Pierre Tanguay fait le bilan de cet accident ferroviaire et de l’importante évacuation qu’il a entraînée.

    L’incendie des wagons-citernes a mis plus d’une journée à être maîtrisé. Puis, durant plusieurs jours, un nuage toxique s’est maintenu au-dessus de la région.

    Ce n’est que six jours après les événements que tous les résidents de Mississauga évacués ont pu réintégrer leur domicile.

    Forcés de séjourner à l’hôtel, chez des proches ou dans des gymnases transformés en centres d’hébergement, ils ont reçu une compensation financière du CP.

    Malgré l'ampleur du désastre, l'opération de secours s’est déroulée dans le calme, sans aucun mort ou blessé.

    Hazel McCallion, mairesse de Mississauga, qui a géré la crise avec brio, parle d’un miracle.

    Celle qui milite en faveur de règles plus strictes en matière de transport ferroviaire se dit confiante envers la commission d’enquête qui a été mise sur pied.

    « Mais pour l'instant, rien ne garantit qu'un accident comme celui de Mississauga ne se reproduira pas ailleurs au pays », conclut le journaliste Pierre Tanguay au bulletin de nouvelles torontois Ce soir du 10 novembre 1980.

    Mississauga 15e, 11 novembre 1994

    Au moment du 15e anniversaire du « miracle de Mississauga », la journaliste Annie Gagnon recueille le témoignage d’une évacuée.

    Pour cette émission spéciale du 11 novembre 1994, elle rend aussi compte des mesures prises à la suite des recommandations de la commission d’enquête présidée par le juge Samuel Grange.

    Quinze ans plus tard, un train dans cette condition et avec la même défectuosité, soit un roulement à galets défectueux, ne pourrait plus prendre la voie ferrée.

    Les pompiers et le personnel des compagnies ferroviaires sont également mieux préparés et mieux équipés pour faire face à de tels accidents, à la suite d’importants investissements en prévention et en sécurité.

    « Un désastre comme celui-là pourrait-il se reproduire? » s’interroge la journaliste Annie Gagnon en 1994.

    En 2013, la tragédie de Lac-Mégantic exposera les ratés du système quant à la sécurité dans le transport de produits dangereux.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Justice et faits divers