•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion côtière : des résidents de Chéticamp s'inquiètent pour leur route

La route passe à deux pas d'un bras de mer.

Le chemin de la Pointe du Havre mène à plusieurs résidences et à une marina.

Photo : Gracieuseté de Michel J. S. Soucy

Radio-Canada

Des gens vivant le long d’une route côtière à Chéticamp, en Nouvelle-Écosse, ont peur de se retrouver isolés si une forte tempête s’abat sur la région.

Le chemin de la Pointe du Havre, qui se termine en cul-de-sac, est la seule voie menant à quelques dizaines de maisons, à une marina et à un poste d’ambulance.

Les résidents observent depuis quelques années la progression de l’érosion côtière lors de fortes pluies ou d’ondes de tempête. La mer se rapproche peu à peu de la route.

Il n’y a pas de brise-lames à l’extérieur du havre, donc les vents du nord-ouest créent de fortes vagues, explique un résident, Michel Soucy.

L’ouragan Dorian, qui s’est abattu sur la Nouvelle-Écosse en septembre sous forme d’une tempête post-tropicale, a emporté jusqu’à un mètre de sol par endroits.

Les dégâts de l'érosion

La tempête Dorian a emporté environ un mètre de sol le long du chemin de la Pointe du Havre.

Photo : Gracieuseté de Michel J. S. Soucy

Plusieurs résidents craignent que la route soit détruite un jour par une autre tempête du genre, indique M. Soucy. Il n’y a aucun autre moyen de circuler si cette section de la route est emportée par l’érosion, ajoute-t-il.

Michel Soucy et d’autres citoyens font circuler une pétition demandant au ministère des Transports et du Renouvellement de l’infrastructure d’évaluer la route dès que possible et de prendre des mesures pour protéger la côte.

L’érosion côtière est un problème sérieux dans l’ensemble de la région, à Pleasant Bay et à Meat Cove jusqu’à la chaussée de Canso, mentionne le conseiller Alfred Poirier. Une soigneuse planification s’impose à certains endroits particulièrement vulnérables, selon lui.

Alfred Poirier a demandé au conseil d’Inverness d’envoyer des lettres à ce sujet aux gouvernements de la Nouvelle-Écosse et du Canada.

Le ministère des Transports et du Renouvellement de l’infrastructure dit connaître les préoccupations des résidents.

Le chemin de la Pointe du Havre est toujours sécuritaire, selon le ministère. Les routes côtières de la région sont en cours d’évaluation et un ordre de priorité sera établi si des travaux de réparation ou de prévention de catastrophes sont nécessaires, ajoute-t-il.

Avec les renseignements de Holly Conners, de CBC

Nouvelle-Écosse

Incidents et catastrophes naturelles