•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôtel de ville de Saint-Ambroise : la dissension demeure

Le centre de service de Saint-Ambroise

Le centre de service de Saint-Ambroise

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Malgré l’élection d’un nouveau maire en juin dernier, des tensions subsistent au conseil municipal de Saint-Ambroise.

Le maire Deny Tremblay, élu après la démission de Monique Gagnon au printemps, accuse quatre conseillers de s'opposer systématiquement à ses projets et décisions. Il affirme que les élus veulent contrôler les comités les plus importants.

De façon générale, c’est toujours le privilège du maire, en début d’année, d’assigner des gens sur des comités et ça fonctionne. Avec eux autres, c’est fini, ils veulent avoir le contrôle de tous les comités, opine Deny Tremblay.

Ces conseillers estiment plutôt que le maire ne leur donne pas toutes les informations nécessaires pour leur permettre de faire leur travail.

On pose des questions. On veut être informés et on veut prendre des décisions sur de l’information qui nous est donnée. Si on ne me donne pas d’information, ce n’est pas vrai que je vais voter oui parce qu’on me dit que ça va être bon.

Jérôme Lavoie, conseiller municipal

Deny Tremblay veut que la population soit au parfum de la situation.

Au fond, si les gens avaient voulu aller à la mairie, ils n'avaient qu'à se présenter, le poste était ouvert à tout le monde, fait-il remarquer.

Les conseillers montrés du doigt considèrent qu’il est inacceptable qu'on leur fasse voter des résolutions à partir de documents déposés à la dernière minute, sans qu'ils aient la chance de poser des questions.

Deny Tremblay

Le maire de Saint-Ambroise, Deny Tremblay.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Le conseil a ainsi rejeté la possibilité d'accorder un contrat de déneigement au seul soumissionnaire comme le souhaitait le maire.

En juin, la municipalité a reçu un diagnostic organisationnel pour tenter de mettre fin aux tensions qui minent le climat à l'hôtel de ville. Les deux parties y voient une piste de solution, mais pensent que les recommandations seront difficiles à appliquer.

D'après le reportage de Gilles Munger

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale