•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : le DG de Sherbrooke plaide pour relocaliser le garage municipal

L'eau approche le bâtiment.

Le garage municipal de Sherbrooke avait été inondé au printemps avant de l'être de nouveau la fin de semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Charles Beaudoin

Las d'engouffrer des sommes importantes dans son garage municipal de la rue des Grandes-Fourches Sud à la suite d'inondations, le directeur général de la Ville de Sherbrooke a plaidé pour que des employés soient relocalisés dans un nouveau local d'ici deux mois et qu'un nouveau garage municipal soit construit d'ici deux ans.

Le garage municipal a été inondé une huitième fois en l'espace de 13 ans le week-end dernier, lorsque de fortes pluies ont fait sortir la rivière Saint-François de son lit au centre-ville de Sherbrooke.

Dressant le bilan des inondations et des nouveaux dégâts subis au garage municipal devant les élus lundi soir, Daniel Picard a dit espérer que des employés qui s'y trouvent soient déplacés dans un autre local d'ici les deux prochains mois et qu'à long terme, le garage municipal en entier soit relocalisé.

Est-ce qu'on peut penser que c'est normal de se ramasser dans un environnement qui se trouve à être le garage municipal, dans lequel on devrait être en mesure d'avoir les équipements pour intervenir en situation d'urgence, et qu'on se ramasse nous-mêmes sinistrés? On est obligé d'utiliser des chaloupes pour se déplacer, on a des gens qui se sont déplacés dans des chargeurs, a relaté Daniel Picard.

Le bilan des inondations au garage municipal Jean-Charles Côté depuis 2006.

Le garage municipal de la Ville de Sherbrooke situé sur la rue des Grandes-Fourches Sud a été inondé à huit reprises depuis 13 ans.

Photo : Ville de Sherbrooke

La construction d'un nouveau garage municipal devait s'amorcer cette année, mais la Ville ne dispose pas des budgets nécessaires. Lors de la dernière inondation majeure du garage en 2014, les coûts liés aux dommages s'étaient élevés à plus de 500 000$, un montant semblable à celui qui attendra la Ville pour le dernier sinistre, croit son directeur général.

Il y a des frais de nettoyage important, de décontamination, il faut défaire les murs, désinfecter, refaire les murs et des fois on le fait pour un court laps de temps, parce qu'on a été inondé en avril et que là on recommence encore.

Daniel Picard, directeur général de la Ville de Sherbrooke

Malheureusement, ce week-end, l'eau a monté tellement vite que nous n'avons pas pu sauver la totalité des équipements. On a des employés qui travaillaient à protéger les biens publics qui, eux, ont vu leur voiture être inondée, ce qui est un peu inacceptable de leur point de vue, a-t-il renchéri.

« Chanceux »

Les quelque 700 tonnes de sel dédiées au déglaçage des routes n'ont pas été touchées par la crue des eaux, se console Daniel Picard.

On est chanceux, parce que la façon dont l'eau a monté, on n'a pas eu de renversements de produits pétroliers ou d'autres produits dangereux qui auraient pu contaminer la rivière, note-t-il.

La conseillère et présidente du comité de sécurité publique à la Ville de Sherbrooke, Danielle Berthold, a invité ses collègues à se pencher rapidement sur la situation.

La conseillère municipale de Sherbrooke Danielle Berthold

Danielle Berthold

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Il est évident que nous devrons en tant que conseil municipal prendre des décisions et nous investir pour faire en sorte que les employés qui travaillent au centre Jean-Charles Côté soient en sécurité. Ce n'est pas facile et ce n'est pas normal de faire travailler des gens dans des situations comme ça. Je pense qu'on ne peut pas toujours pelleter par en avant et dire qu'on va s'en occuper plus tard, a-t-elle souligné.

C'est sûr que si on regarde l'historique de l'emplacement, l'argent qu'on investit pour le refaire la même année avec près d'un million de dollars et avec ce qu'on nous annonce du point de vue des changements climatiques, malheureusement, ce n'est sûrement pas la dernière fois qu'on va voir ça là, a quant à lui mentionné le conseiller Marc Denault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale