•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aider les gens avec le syndrome de Down à utiliser les haut-parleurs intelligents

Un homme avec le syndrome de Down est assis sur un canapé avec un haut-parleur intelligent à son côté.

Matthew MacNeil fait partie d’un partenariat entre Google et la Société canadienne du syndrome de Down dont le but est que les systèmes de reconnaissance vocale puissent comprendre les gens qui parlent différemment.

Photo : Société canadienne du syndrome de Down

Radio-Canada

Un homme de Tillsonburg, en Ontario, fait partie d’un partenariat entre Google et la Société canadienne du syndrome de Down dont le but est que les systèmes de reconnaissance vocale puissent comprendre les gens qui parlent différemment.

Le projet, appelé « Projet compris », a commencé il y a un an et demi avec l’équipe de science accélérée de Google.

Google à la recherche d’échantillons de voix

Actuellement, les haut-parleurs Google Home manquent 30 % des mots itérés par une personne avec la trisomie 21, selon Julie Cattiau, responsable de produit pour Google AI.

Nous avons vite compris que le plus important allait être d’enregistrer des échantillons de voix pour que l’algorithme de Google soit exposé à une plus grande variété de voix, explique-t-elle.

Matthew MacNeil vit avec le syndrome de Down, et les haut-parleurs intelligents du géant de la technologie ont du mal à reconnaître ses commandes vocales. C’est difficile en parlant vite; ça ne reconnaît pas ma voix, en général.

C’est ainsi que l’Ontarien a pris l’avion pour se rendre au quartier général de Google, en Californie, et enregistrer diverses phrases. En ce moment, l’entreprise demande aussi à d’autres personnes ayant le syndrome de Down d’enregistrer leur voix en ligne.

Plus d’autonomie pour les gens avec le syndrome de Down

Selon Ed Casagrande, président du conseil d'administration de la Société canadienne du syndrome de Down, ce genre de projets favorise grandement l'indépendance des gens vivant avec la trisomie 21 - un élément essentiel.

Ils ont les mêmes désirs et les mêmes rêves que tout le monde. C'est un grand pas pour la communauté.

Ed Casagrande, président du conseil d'administration de la Société canadienne du syndrome de Down

Il explique qu’une voiture à commande vocale et à conduite automatique, par exemple, pourrait grandement favoriser l'autonomie de ces personnes pour trouver un emploi et soutenir des relations sociales.

La Semaine nationale de sensibilisation au syndrome de Down se déroule jusqu’au 7 novembre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Technologies et médias