•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition veut entendre le RTC sur les déboires des midibus

Le nouvel autobus midibus devant le Centre des congrès de Québec.

350 interventions ont dû être réalisées sur les 40 midibus mis en service depuis quelques mois.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

Les partis d'opposition exigent d'entendre en comité plénier la direction du réseau de transport de la Capitale (RTC) au sujet des problèmes vécus par les midibus au cours des derniers mois.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a d'ailleurs déposé une proposition en ce sens en qualifiant de préoccupante les difficultés vécues par les nouveaux autobus du RTC.

Pendant de longues minutes lors de la séance du conseil municipal, mardi, l'opposition officielle a mis en doute les choix faits par l'administration Labeaume dans ce dossier. Le RTC a décidé d'acheter 64 véhicules pour près de 55 millions de dollars.

Qui a eu l'idée d'en acheter autant avant même de les tester dans toutes les conditions. En acheter deux ou trois et les essayer, ça vous tentait pas?, a questionné Jean-François Gosselin.

Le président réplique

La déclaration a fait bondir le président du réseau de transport de la Capitale, Rémy Normand. Personne dans l'industrie va soumissionner pour deux, trois bus. Personne va produire deux, trois bus pour qu'on puisse les essayer, a-t-il lancé.

Le vice-président du comité exécutif a également indiqué que les midibus ont été comparés aux autobus hybrides au cours du mois d'octobre. Les midibus ont parcouru autant de kilomètres que nos hybrides, soit 5 500 kilomètres durant le mois, affirme M. Normand.

Bilan de mi-mandat

Le conseil municipal a aussi permis au maire et au chef de l'opposition officielle de faire le bilan des deux premières années du dernier mandat de Régis Labeaume.

Le maire a dressé la liste des différents dossiers que son administration a pilotés au cours des 48 derniers mois.

Sans surprise, Régis Labeaume s'est dit plutôt fier d'avoir pu attacher le financement du projet de tramway. On a réussi à aller chercher le plus gros montant de l'histoire de la Ville de Québec, rappelle M. Labeaume.

Le maire a attaqué sans réserve ceux qui critiquent les projets caressés par son organisation en les accusant de véhiculer des scénarios apocalyptiques. Le Grand Marché, l'amphithéâtre, l'anneau de glace c'est toujours l'apocalypse, a répété à plusieurs reprises Régis Labeaume.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin estime que lui et ses collègues ont quand même pu faire bouger l'administration Labeaume. Il évoque entre autres le dossier du Marché du Vieux-Port où la Ville a choisi de maintenir un marché satellite dans le secteur.

Quand ça va être bon pour les gens de Québec on va être pour, si c'est mauvais on va voter contre. C'est comme ça depuis deux ans et ça va être comme ça dans les deux prochaines années, conclut M. Gosselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale