•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Des ministres et des députés de la CAQ épuisés

Toute l'équipe de 75 députés sur trois rangées.

François Legault et les élus de la CAQ prennent la pose lors de la cérémonie d'assermentation, le 16 octobre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Martine Biron

Emplois du temps surchargés et vie personnelle sacrifiée : beaucoup de députés de la CAQ sont épuisés. Un an après l’élection de François Legault, plusieurs élus et certains ministres se disent exténués par l’intensité du tourbillon parlementaire ainsi que par le travail constant en circonscription. Le premier ministre a dû les écouter.

Au moins trois députés des régions de Lanaudière, de l’Estrie et des Laurentides ont pris la parole lors du caucus hebdomadaire, mardi soir dernier, pour expliquer qu’ils étaient débordés. La dernière élue a même déclaré que la tâche est tellement lourde qu’elle a songé à son avenir politique. Son témoignage en a rejoint plusieurs, puisqu’elle a été chaudement applaudie par l’ensemble de ses collègues.

La vie politique, c’est connu, est exigeante et difficile, mais la courbe d’apprentissage pour les novices caquistes de la politique s’avère plus abrupte que prévu. Plusieurs n’en peuvent plus.

Il faut dire que le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, reconnu pour son hyperactivité, inflige aux députés un rythme d’enfer.

Très préoccupé par son bilan législatif, le ministre Jolin-Barrette impose un horaire condensé pour l’étude des projets de loi. Ainsi, les commissions parlementaires roulent à plein régime, même quand l’Assemblée nationale ne siège pas.

Les députés, qui n’ont pas leur mot à dire sur l’horaire des commissions et qui sont généralement à Québec trois jours par semaine, doivent très souvent y passer la semaine au complet. Leurs journées s’étirent régulièrement jusqu’à 21 h 30. Sans compter que leur rôle est souvent limité, alors que c’est le ministre qui a le plein contrôle sur son projet de loi. L’Assemblée nationale a aussi été rénovée et deux nouvelles salles de commissions ont été ouvertes, ce qui ajoute de la pression sur les députés.

Pendant ce temps, dans leurs circonscriptions, les dossiers s’accumulent. Prenez le week-end dernier. Les pannes d'électricité ont mobilisé de nombreux députés, qui ont mis des heures à rassurer leurs électeurs sur le terrain, alors que souvent, ils étaient eux-mêmes sinistrés.

Ils sont tous appelés à s’impliquer activement dans leur circonscription. Et au-delà des rencontres de travail, ils sont aussi invités à une multitude d’activités, du souper spaghetti au bingo du coin en passant par les brunchs d’association régionale. Un député qui veut travailler sept jours sur sept n’aura aucun problème.

François Legault à l’écoute

Selon nos sources, le premier ministre François Legault a écouté avec attention les doléances des membres de son caucus. Il aurait démontré une certaine compassion et a donné l’assurance à ses députés qu’il ferait un suivi.

Il faut comprendre que des 75 députés de la CAQ élus le 1er octobre 2018, 51 n’avaient jamais mis le pied à l’Assemblée nationale. Après l’engouement de la victoire, ces recrues doivent s’adapter aux exigences du pouvoir ainsi qu’aux sacrifices qui y sont reliés. Ils ont tous mis beaucoup d’effort pour apprendre leur nouveau métier, mais ils commencent maintenant à réaliser que le rythme de travail ne faiblira pas.

Ce n’est pas la première fois que des députés se plaignent des exigences de la vie politique. François Legault fait face au même défi de cohésion qu’a dû relever le président français Emmanuel Macron. Six mois après son élection, plusieurs députés français se sont plaints dans les médias du rythme effréné de ses réformes.

Comme pour la CAQ, la majorité des députés de La République en marche n’avait jamais fait de politique. Le choc a peut-être été brutal, mais la quasi-totalité des députés est restée en poste. La politique est une drogue dure et il est visiblement difficile d’en décrocher.

Politique provinciale

Politique