•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les opposants aux projets gaziers se font à nouveau entendre au conseil de ville de Saguenay

Des membres de la Coalition Fjord et des policières.

Des membres de la Coalition Fjord se sont de nouveau invités au conseil de ville de Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

La Coalition Fjord s'est à nouveau invitée au conseil de ville de Saguenay, lundi soir, à l'hôtel de ville.

Une quinzaine de militants fermement opposés aux projets caressés par les entreprises Gazoduq et GNL Québec, dont plusieurs étudiants du Cégep de Chicoutimi, ont attendu la période de questions pour venir faire valoir leur point de vue.

Plus tôt lundi, sur sa page Facebook, la Coalition Fjord avait invité la population à se mobiliser et à venir éduquer nos élus lors du prochain conseil municipal.

Des membres de la Coalition Fjord et plusieurs étudiants ont expliqué qu'ils jugent impératif de partager ces informations au plus grand nombre de personnes afin que la population et les élus se positionnent contre GNL et Gazoduq.

Les militants ont remis la documentation colligée par des spécialistes à l'ensemble des conseillers. L'un d'entre eux a accusé la mairesse Néron de ne pas être au diapason de la jeunesse, qui s'inscrit en faux contre les grands projets économiques, et l'a accusée d'être Duplessiste.

La mairesse a rappelé que Saguenay est favorable aux projets, pourvu qu'ils reçoivent l'aval du BAPE, qu'ils soient socialement acceptables et qu'ils permettent du développement économique durable.

L'intervention des opposants aux projets gaziers s'est échelonnée sur près d'une heure.

Séance du conseil de ville de Saguenay.

La mairesse de Saguenay entourée du directeur général, de la greffière et de conseilles municipaux

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Surplus financier et plan stratégique

Saguenay prévoit enregistrer un léger surplus de 137 775 $ au terme de l’exercice financier qui se termine le 31 décembre 2019. Il s'agit d'un excédent de fonctionnement à des fins fiscales. Le président de la commission des finances, Michel Potvin, a convenu qu'il ne s'agit pas d'un surplus important.

Ce n’est pas beaucoup.

Michel Potvin, président de la commission des finances de Saguenay

Josée Néron a cependant mis les choses en perspective.

Quand on est arrivés en poste, il n’y avait aucune réserve. Une ville devrait avoir un bas de laine. En deux ans, comme conseil, tout en redressant la situation financière tranquillement, on a réussi à mettre 8 millions $ dans nos réserves, a-t-elle dit.

Par ailleurs, Saguenay a profité de la séance pour déposer sa planification stratégique 2020-2030.

Ce soir, ça clôt une démarche unique à Saguenay. Le dernier plan stratégique datait de 2006. On a entamé la démarche en septembre 2018. On a repensé la mission, la vision, les valeurs de la Ville. On s’est questionnés sur les axes stratégiques sur lesquels on devait travailler avec la fonction publique, a indiqué la mairesse Josée Néron.

Elle a ajouté que près de 800 citoyens ont exprimé leurs désirs et leurs besoins à l’égard de la Ville dans le cadre d’un exercice de consultation.

Le défi était de rassembler tout ça et d’en faire un seul document. Ce soir, vous avez devant vous un document final qui était grandement attendu et qui va nous guider dans nos actions, a déclaré la première magistrate. Elle a précisé que le plan se décline en trois axes.

On veut prendre soin de notre population, gérer la ville de façon saine et écouter la population, a-t-elle poursuivi.

Plan stratégique 2020-2030 : les orientations prioritaires de la Ville

  • Encourager la participation citoyenne continue;
  • Faciliter l’accès à l’information et encadrer l’accès aux ressources de la Ville;
  • Faire évoluer les pratiques de gestion administrative;
  • Implanter un modèle de communication efficace avec la communauté;
  • Participer aux instances de concertation régionale et provinciale;
  • Renforcer l’image positive de la ville.

Chaque service municipal détiendra son propre plan d’action, lequel sera présenté aux élus et soumis à leur approbation.

Pavillon de l'agriculture

Les élus de Saguenay se sont montrés en faveur de la poursuite du projet de réfection du Pavillon de l’agriculture, à Chicoutimi. Les conseillers ont dû voter sur cette question, dans le contexte où Saguenay est admissible à recevoir une subvention de 1 million $ pour la réalisation du projet de 4,3 millions $ et que des délais s'appliquent.

Le conseiller Michel Tremblay a demandé le vote sur la question. La conseillère Brigitte Bergeron est la seule à s'y être opposée.

Josée Néron a précisé que la démarche vise à ne pas perdre une subvention gouvernementale. Elle a rappelé que cela n’engage en rien le conseil en ce qui a trait à la construction d’un amphithéâtre sur la zone ferroviaire, à Chicoutimi.

Le projet doit encore franchir plusieurs étapes avant de voir le jour et est tributaire de la participation financière des paliers supérieurs.

La STS veut plus d’argent

La Société de transport du Saguenay (STS) anticipe un déficit de 600 000 $ pour le présent exercice financier. L'organisme demande à la Ville de bonifier sa subvention pour l’aider à boucler son budget.

Selon la résolution soumise au conseil de ville, le manque à gagner est attribuable à des dépassements liés aux honoraires juridiques et à l’augmentation du prix de l’essence et des frais d’exploitation.

Le conseiller de La Baie, Martin Harvey, a demandé que soit modifié le projet de résolution de façon à ce que Saguenay exige des états financiers récents permettant aux élus de détenir un portrait précis au sujet des finances de la corporation municipale.

Avenir de Kénogami

Par ailleurs, le conseiller jonquiérois Michel Thiffault a profité de la séance du conseil de ville pour lancer un cri du cœur à la mairesse Néron pour la sauvegarde et l’avenir de Kénogami.

Il a invité Josée Néron a venir « souper » dans le district 3, où se trouve l'ancienne ville. Selon le conseiller, Kénogami a un urgent besoin d’investissements.

Michel Thiffault a mis en relief l’avenir incertain de l’ancien hôtel de ville de la rue du Roi-Georges et du centre de ski Mont-Fortin. Il a aussi attiré l’attention sur la désuétude du stade de baseball Cabot, du club de curling et du Centre commémoratif Price (MÉMO).

Je demande à Mme la ministre Laforest de nous aider pour l’appui du gouvernement provincial pour la rénovation du centre de curling de Kénogami et du MÉMO. Il a besoin de beaucoup d’amour, a mis en relief l’élu jonquiérois.

Je vais m’opposer à une hausse de taxes en décembre. Si c'est trop élevé, je vais m’opposer […] Il y a beaucoup de gens qui font des sacrifices. Ce soir, j’ai besoin d’appui.

Michel Thiffautlt, conseiller municipal

Michel Thiffault réclame une meilleure répartition des investissements et demande que soit analysée la possibilité de vendre certaines bâtisses, selon lui inutiles, qui coûtent cher à la Ville. Il a indiqué que certains immeubles sont superflus et a notamment proposé que soit cédé le bureau d’information touristique de Jonquière, situé à l’angle de la rue Saint-Dominique et du boulevard Harvey.

Coupes au lac Kénogami

Le président de l’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), Claude Collard, s'est rendu à l'assemblée publique du conseil de ville pour interpeller la mairesse Néron au sujet de la coupe forestière au sud du lac Kénogami. Il s’est dit enragé de constater qu’il ne trouve pas d’oreille attentive à la Ville.

Au sud du lac Kénogami, ce qui est en train de se produire, c’est le début du saccage qui va débuter dans quelques jours. J’essaie depuis janvier dernier d’avoir une rencontre avec vous. Je n’ai eu aucune réponse, a martelé Claude Collard, qui souhaite obtenir l’appui de la ville pour la protection de cette source d’eau potable.

Claude Collard assis au conseil de ville.

Le président de l'Association pour la protection du lac Kénogami, Claude Collard (à gauche), a réclamé l'aide de la Ville pour protéger le cours d'eau.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Josée Néron a rétorqué qu’elle ne pouvait pas commenter ce dossier, puisque des procédures judiciaires sont en cours au sujet des coupes. Elle s’est toutefois engagée à rencontrer le citoyen.

Convention Administration portuaire

Saguenay a renouvelé sa convention de gestion avec l’Administration portuaire de Saguenay. Le conseil estime que la nouvelle entente est avantageuse pour la Ville, puisqu’elle rapportera plus d’argent.

La Ville recevra un montant supplémentaires de 225 000 $ par année pour Saguenay. En vertu de cette entente, on va encore payer pour l’entretien, mais sur présentation de facture seulement, a mis en relief la mairesse.

Vassilis Fasfalis à Promotion Saguenay

L’avocat Vassilis Fasfalis a été nommé au conseil d’administration de la société de développement économique Promotion Saguenay pour remplacer l’administratrice Lise Bernier.

Vassilis Fasfalis a été président du défunt Théâtre du Saguenay. Il a tiré sa révérence en 2009, dans la foulée de la controverse entourant la rénovation de l’Auditorium Dufour. 

Enfin, Saguenay a adopté un plan d’action afin de faire de la capitale régionale une ville étudiante. Une table de concertation a été mise en place en 2017 dans le but de développer le concept de Ville étudiante.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale