•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jacques Chirac en Estrie: une facture salée

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2003 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les vacances du président français à North Hatley, en août dernier, auront coûté près de 200 000 $ aux contribuables canadiens, essentiellement pour couvrir les dépenses des agents la GRC qui ont assuré sa sécurité.

Les vacances du président français Jacques Chirac à North Hatley, en Estrie, du 2 au 19 août, auront coûté près de 200 000 $ aux contribuables canadiens.

Selon des documents obtenus par la Presse canadienne en vertu de la Loi d'accès à l'information, le plus gros de la facture, 129 000 $, vient des dépenses dues aux heures supplémentaires des agents de la Gendarmerie royale du Canada qui ont été affectés à la protection du président. Sont compris également dans cette somme, leur hébergement, leurs repas ainsi que des frais divers allant des coûts des appels téléphoniques à la réparation de véhicules.

La GRC refuse, pour des raisons de sécurité, de révéler d'autres détails pouvant justifier les coûts engendrés, et souligne qu'il est du devoir de la police fédérale de veiller à la sécurité de tout chef d'État, qu'il soit en visite officielle ou non au pays.

Ces vacances de M. Chirac avaient fait l'objet d'une controverse dans les médias français, car elles se déroulaient au plus fort de la canicule responsable de milliers de morts dans l'Hexagone.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.