•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens s'opposent à un projet minier pour protéger une espèce rare de tortues

Une tortue mouchetée

La tortue mouchetée est une espèce menacée de disparition au Canada.

Photo : Parcs Canada/Ishkhan Ghazarian

Bienvenu Senga

Des citoyens se préparent à se tourner vers les tribunaux pour protéger des tortues mouchetées, une espèce menacée de disparition, contre un projet minier de Darien Aggregates.

Mardi soir, les élus municipaux de North Shore, à l'ouest de Sudbury, doivent ratifier la proposition de changement de zonage en faveur de laquelle a déjà voté le comité municipal de dérogation. La proposition, qui demandait un changement de classification de la zone où la minière Darien Aggregates veut effectuer ses activités d’extraction, a été approuvée à 3 contre 2, le 27 août. 

L’une des administratrices du groupe d'opposants North Shore Environment & Resources Advocates, Rhonda Kirby indique qu’elle ne s’attend vraiment pas à ce que les cinq élus aient changé d’avis. 

Lors de leur dernière rencontre portant sur le dossier, les conseillers municipaux qui avaient voté en faveur de la proposition semblaient avoir l’impression que la province ferait tout pour s’assurer que tous les règlements soient suivis, selon Mme Kirby. 

Le problème, c’est que le climat politique en Ontario n’en est pas un qui plaide pour l’environnement.

Rhonda Kirby, membre du conseil d’administration du North Shore Environment & Resource Advocates
Tortue mouchetée bébé.

Des chercheurs de l'Université Laurentienne ont trouvé que les tortues mouchetées étaient présentes en grande concentration au site où Darien Aggregates veut implanter sa carrière.

Photo : Centre de conservation des tortues de l’Ontario

Cette année, le gouvernement Ford a modifié la Loi sur les espèces en voie de disparition, qui prévoit désormais un Fonds pour la conservation des espèces en péril. Le document exige notamment à quiconque est autorisé [...] à exercer une activité qui serait autrement interdite par certaines sections de la loi de payer une redevance pour la conservation des espèces.

En d'autres termes, Darien Aggregates pourrait être autorisée à amorcer des travaux d'extraction sur ce territoire sans tenir compte des tortues mouchetées, en versant une somme indéterminée en contrepartie.

Le groupe co-administré par Mme Kirby a déjà retenu les services d’un avocat et entamé une campagne de sociofinancement en vue d’une contestation de la décision du conseil municipal auprès du Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL). En deux semaines, la campagne a déjà permis de recueillir plus de 15 000 $.

Mme Kirby se dit consciente des quelques dizaines d’emplois que pourrait engendrer le projet minier - l’entreprise estime pouvoir créer 20 à 25 emplois -, mais estime qu’il n’y aurait pas de réel impact économique pour la région.

Ne nous faisons pas d’illusions, nous sommes une petite communauté, nous n’avons pas beaucoup d’entreprises, les gens qui travailleraient là viendraient d’ailleurs et iraient dépenser l’argent chez eux. Il y aurait certainement des redevances au canton, mais qui constitueraient une partie infime du budget opérationnel, avance-t-elle. 

Nous avons beaucoup plus à perdre qu’à gagner de ce projet.

Rhonda Kirby, membre du conseil d’administration du North Shore Environment & Resource Advocates

Des chercheurs prennent position

En Ontario et au Canada, les tortues mouchetées sont classées comme étant une espèce menacée de disparition. 

Des chercheurs de l’Université Laurentienne, qui viennent tout juste de publier leurs résultats dans la revue scientifique Global Ecology and Conservation, indiquent avoir recensé 56 tortues mouchetées dans la zone de 115 hectares ciblée par Darien Aggregates entre juin 2017 et novembre 2018. 

La densité de la population de tortues mouchetées qu’ils ont calculée (1,8 tortue par hectare) est la plus élevée rapportée en Ontario, devant une densité de 1,4 tortue par hectare [chez une population identifiée] dans le Sud de l’Ontario. L’article paru en octobre fait allusion à 14 autres sites canadiens où la densité n’est comprise qu’entre 0,05 à 0,6 tortue mouchetée par hectare. 

Cette abondance plus grande sur notre site comparativement aux autres endroits au pays reflète probablement la nature relativement vierge de notre zone d’étude, ce qui indique que ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour installer une carrière si la protection des tortues mouchetées est prioritaire comme l’indique la Loi sur les espèces en voie de disparition.

Extrait de l’article paru dans la revue Global Ecology and Conservation

Dans leur article, les chercheurs Gabriella Zagorski, Douglas Boreham et Jacqueline Litzgus indiquent que pour faire preuve de transparence, ils ont partagé les résultats de leur recherche à l’entreprise qui gère la carrière, sans la nommer.

Après pris connaissance de nos données, l’entreprise et son consultant ont lancé une attaque diffamatoire en disséminant largement et par écrit des accusations d’inconduite académique, de conflits d’intérêts et de fabrication de données contre nous, écrivent-ils. 

Ils ajoutent toutefois avoir reçu par la suite des excuses et une rétraction de la part du consultant de l’entreprise. 

Nos résultats, basés à la fois sur les lois provinciales et fédérales, indiquent que le projet de carrière devrait être rejeté si la Loi sur les espèces en voie de disparition et la Loi sur les espèces en péril sont respectées, étant donné qu’au moins 63 % et au plus 100 % de la zone du projet est classée comme faisant partie de l’habitat d’espèces en voie de disparition qui ont une faible tolérance aux perturbations, mais il reste à voir si c’est la science, la politique ou l’argent va prévaloir dans la décision.

Gabriella Zagorski, Douglas Boreham et Jacqueline Litzgus

Les chercheurs soulignent que si le projet de carrière va de l’avant, leur étude pourrait servir de point de repère pour évaluer l’impact des activités d’extraction sur l’habitat naturel des tortues mouchetées. 

Manque de communication

Le député provincial d’Algoma-Manitoulin, Michael Mantha, dit lui-même avoir « des inquiétudes avec tout le projet » liées au manque de communication entre l'entreprise et les élus municipaux, d’une part, et les opposants au projet d’autre part.

Mon rôle est de m’assurer que les gens de la communauté qui ont posé plusieurs questions reçoivent des réponses, que l’information qui a été donnée par les scientifiques qui ont fait la recherche soit prise en considération, note le néo-démocrate.

Le député d'Algoma-Manitoulin, Michael Mantha

Michael Mantha est le député d'Algoma-Manitoulin, où se trouve le canton de North Shore.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Il ajoute d’ailleurs avoir soulevé le problème avec le ministre des Richesses naturelles et des Forêts, John Yakabuski, mais ne pas avoir encore reçu de réponse de la part de ce dernier.

Cette population de tortues est distincte [...], on doit s’assurer de protéger ce petit trésor qu’on a, conclut-il.

Plus de 230 espèces sont considérées comme étant menacées en Ontario.

Nord de l'Ontario

Animaux