•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq moments marquants de l’épopée des Roughriders au sommet de l’Ouest

Dix joueurs des Roughriders réunis pour célébrer le botté victorieux en fin de match.

Les joueurs des Roughriders célèbrent leur victoire du 26 octobre à Edmonton (archives).

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Charles Lalande

Pour la première fois depuis 2009 et la troisième fois en 43 ans, les Roughriders de la Saskatchewan concluent la saison régulière au sommet de la Division ouest. Voici cinq moments clés au cours de la dernière année qui ont marqué cette réussite.

1. Changements à l’organigramme des dirigeants

L'entraîneur-chef Craig Dickenson en conversation avec son quart-arrière Cody Fajardo.

L'entraîneur-chef Craig Dickenson et le quart-arrière Cody Fajardo ont été au cœur des succès des Riders cette saison.

Photo : AFP / Matt Smtih

Lorsque Chris Jones a quitté le Vert et Blanc pour se joindre aux Browns de Cleveland, il a laissé quatre postes à pourvoir : entraîneur-chef, directeur général, vice-président des opérations football et coordonnateur défensif. Tous ses remplaçants ont été dénichés à l’interne.

Le vice-président adjoint Jeremy O’Day a fait le saut comme directeur général et vice-président des opérations football. L’un de ses premiers gestes a été de faire de Craig Dickenson, le coordonnateur des unités spéciales, le 47e entraîneur-chef de l’organisation.

Craig Dickenson est extrêmement respecté par nos joueurs et notre équipe.

Jeremy O’Day, le jour de l'embauche de Craig Dickenson

2. Blessure à Collaros, entrée en scène de Fajardo

Deux joueurs de football sautent dans les airs pour célébrer le succès d'un jeu.

Le duo Cody Fajardo (7) et William Powell (29) a fait des flammèches au sein des Riders en 2019.

Photo : La Presse canadienne / Matt Smtih

Au cours l’hiver, la série de blessures de Zach Collaros inquiétait déjà les partisans des Roughriders. La saison 2019 n’en était qu’à ses balbutiements, et les inquiétudes étaient bien réelles.

Sur le troisième jeu de la première séquence offensive, le quart-arrière a été blessé à la tête à la suite d’un plaqué d’un rival. Après cela, Zach Collaros n’a plus jamais porté l’uniforme des Roughriders, étant cédé aux Argonauts de Toronto, puis aux Blue Bombers de Winnipeg.

Appelé en relève, le substitut Cody Fajardo a profité de l’occasion pour briller de tous ses feux en offrant un rendement étonnant. Le Californien de 27 ans a finalement été nommé joueur par excellence de son équipe à la fin de la saison.

Statistiques de Cody Fajardo en 2019 :

  • 338 passes complétées sur 473 passes tentatives
  • Gains de 4302 verges par la passe, 18 passes de touché
  • 107 courses, 611 verges et 10 touchés

Au-delà des chiffres, Cody Fajardo est rapidement devenu l’une des têtes d’affiche de l’organisation et l’un des chouchous de la marée verte réunie durant chaque match dans les gradins du Stade Mosaic de Regina.

Le numéro 7, reconnu pour son humilité déconcertante, son aura positive et sa croyance en Dieu, a choisi de s’établir en Saskatchewan jusqu’en 2021 plutôt que de tester le marché des joueurs autonomes.

3. Pas de panique après trois revers en quatre semaines

Nick Arbuckle tente une passe devant Micah Teitz.

Le 6 juillet dernier, Nick Arbuckle et les Stampeders s'étaient imposés 37 à 10 face aux Roughriders.

Photo : La Presse canadienne / Matt Smtih

Après les quatre premières parties de la saison, la fiche d’une victoire et trois défaites ne laissait pas présager que les Riders allaient terminer la saison régulière au sommet de l’Ouest.

Mais l’entraîneur-chef Craig Dickenson, malgré son statut de recrue, a affiché une belle confiance et lançant un message clair à sa troupe : « Je leur ai dit que nous allions être pareils, que nous gagnions ou que nous perdions. Je pense que cela a vraiment touché une corde chez eux », s’est-il rappelé samedi dernier après le dernier match de la saison régulière.

Nous leur avons donné toute la semaine de congé, nous ne les avons pas punis pour ces défaites.

Craig Dickenson

4. Six victoires consécutives

Après avoir ramené une interception dans la zone des buts, Cameron Judge célèbre avec la chaîne remise à un joueur des Riders après un jeu important.

À sa première saison avec les Riders, en 2017, Cameron Judge avait songé à prendre sa retraite après une blessure grave. Deux ans plus tard, il a été nommé meilleur joueur canadien de son équipe.

Photo : The Canadian Press / Mark Taylor

Tout indique que ce discours du chef d’orchestre a rallié ses ouailles qui ont entamé une séquence de six victoires consécutives entre le 20 juillet et le 7 septembre.

Ces triomphes ont donné le ton à une bonne fin de saison du Vert et Blanc, qui a remporté 12 de ses 14 derniers matchs, bon pour un dossier de 13 victoires en 18 parties, une première fois depuis 1969.

Humble, le pilote saskatchewanais a admis samedi que le facteur chance a joué en faveur des siens. Je crois que plusieurs choses ont bien été pour nous cette année. [...] Pour gagner 13 matchs, on doit faire plusieurs choses correctement et avoir un peu de chance.

5. Isaac Harker et la défensive consolident la première place

Une femme prend un égoportrait d'elle et d'un autre homme en compagnie du quart-arrière Isaac Harker.

Après avoir remporté son premier départ dans la LCF, le quart-arrière Isaac Harker a fait le bonheur de deux partisans.

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Cody Fajardo n’a pas pu prendre part au dernier match de la saison régulière en raison d’une blessure à un muscle oblique subie la semaine dernière à l’entraînement.

En son absence, l’Américain de 24 ans Isaac Harker a savouré la victoire à son premier départ en carrière. Il a complété 23 de ses 28 passes, pour des gains de 213 verges.

Mais c’est surtout la défensive qui a pris les choses en main en deuxième demie pour permettre aux Saskatchewanais de savourer la victoire, et du même coup, de consolider leur position de tête de la Division Ouest.

Maintenant, la question à 100 $ : est-ce que Cody Fajardo sera en mesure de fouler le terrain le 17 novembre prochain? Si oui, dans quel état? Chose certaine, s'il n’en tenait qu’à lui, il y serait, peu importe son état.

Je serai prêt. Peu importe à quel point la douleur est vive, ce sont les séries, alors je vais être prêt à jouer. Ça m’importe peu si j’aggrave ma blessure, je veux être sur le terrain avec mes coéquipiers jusqu’à la fin, a-t-il déclaré samedi après avoir pris sa journée de repos.

Avec une victoire lors de la finale de l’Ouest, ce serait une 20e apparition à la finale de la Coupe Grey pour cette franchise qui a vu le jour en 1910.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Football