•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elizabeth May quitte la direction du Parti vert du Canada

La députée de Saanich–Gulf Islands continuera toutefois de siéger à la Chambre des communes.

Gros plan de Mme May.

Elizabeth May a pris Ottawa par surprise en annonçant lundi qu'elle n'était plus la chef du Parti vert du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 13 ans à la barre du Parti vert du Canada, Elizabeth May a annoncé lundi qu'elle cédait sa place afin que la formation puisse être représentée par un nouveau leader lors du prochain scrutin.

La politicienne de 65 ans a indiqué que Jo-Ann Roberts dirigera le Parti vert de façon intérimaire jusqu'à ce qu'un nouveau chef soit choisi lors d'un congrès qui doit avoir lieu du 2 au 4 octobre 2020 à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Chef adjointe du parti depuis mars 2018, Mme Roberts, une ex-journaliste de CBC, sera épaulée par Daniel Green, qui continuera d'agir comme chef adjoint.

Lors d'une conférence de presse organisée lundi, à Ottawa, Elizabeth May a indiqué qu'elle continuera de représenter les électeurs de la circonscription britanno-colombienne de Saanich–Gulf Islands.

Elle a d'ailleurs dit être absolument certaine qu'elle y briguera de nouveau les suffrages lors du prochain scrutin.

Mme May a cependant indiqué, lors de la période de questions des journalistes, qu'il était impossible de savoir, en raison de l'élection d'un gouvernement minoritaire, quand seraient déclenchées les prochaines élections.

Mieux vaut alors quitter rapidement son poste de chef, a-t-elle dit, pour que son successeur soit prêt à en découdre avec les autres partis lorsque les Canadiens seront de nouveau conviés aux urnes.

En attendant qu'un nouveau leader soit choisi, Mme May assumera la fonction de chef parlementaire du parti. Elle ne pourra donc pas être candidate à la présidence des Communes, comme elle l'avait laissé entendre la semaine dernière.

Mme May quitte la tête du parti dans les conditions qu'elle a choisies, a-t-elle dit, à la fois pour le bien du Parti vert et pour respecter une promesse en ce sens qu'elle avait faite à sa fille, Cate, il y a trois ans.

C'est le moment de passer le flambeau, a-t-elle résumé. Contrairement aux politiciens qui disent qu'ils veulent passer plus de temps avec leur famille, puis qui partent tristement, je suis très excitée de savoir que j'aurai du temps avec mon mari, ma fille et ma famille élargie, et que je tiendrai mes promesses, surtout envers ma fille.

Elle s'est félicitée de ce que le Parti vert ait récolté plus d'un million de votes lors de l'élection fédérale du 21 octobre, doublé ses appuis au Québec et obtenu plus de 10 % des voix exprimées dans 49 des 338 circonscriptions.

Je veux être certaine qu'au moment de partir comme chef du Parti vert du Canada, nous allons avoir un élan, une croissance, un leadership excitant, et je sais que nous aurons tout ça.

Une citation de :Elizabeth May, chef démissionnaire du Parti vert

Le Parti vert compte maintenant trois députés à la Chambre des communes. Lundi, Mme May a raconté avoir parlé avec les deux autres élus verts de son désir de présider la Chambre et qu'ils lui ont dit qu'ils préféreraient qu'elle s'assoie avec eux plutôt que d'occuper le fauteuil du président.

J'aimerais me présenter à la présidence [de la Chambre] après les prochaines élections. Pour l'instant, je serai à ma place, où que ce soit, à travailler avec Paul Manly et Jenica Atwin pour prouver ce que ces trois députés verts qui travaillent dur peuvent faire, a-t-elle dit.

M. Manly représente la circonscription de Nanaimo–Ladysmith depuis une élection partielle en mai 2019. Mme Atwin a été élue à Fredericton le 21 octobre dernier, devenant ainsi la première députée verte à l'extérieur de la Colombie-Britannique.

Elizabeth May est au Parlement depuis 2011 et est la première députée verte élue à la Chambre des communes.

Candidats à la succession et bons mots

Lundi, Pierre Nantel, candidat du Parti vert défait dans Longueuil—Saint-Hubert en octobre, a dit qu'il « soupèse » la possibilité de se présenter à la course à la succession.

Le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrrell, a lui aussi laissé entendre que remplacer Mme May l'intéressait. M. Tyrrell avait vivement critiqué son homologue fédérale, avant l'élection, après que celle-ci eut proposé d'utiliser le pétrole des sables bitumineux albertains pour assurer la transition énergétique nationale vers les énergies vertes.

Il est trop tôt pour parler des candidats, a dit Mme May, lundi, puisque les détails de la course à la chefferie ne sont pas encore connus.

« Vous défendez l’environnement depuis des décennies, et votre leadership dans la lutte contre la crise climatique a aidé notre pays à avancer et a motivé des Canadiens de tous les âges et de toutes les allégeances politiques à se battre pour un avenir meilleur », a quant à lui déclaré le premier ministre Justin Trudeau sur Twitter.

« Merci pour toutes ces années au service des Canadiens en tant que chef du Parti vert, et je vous souhaite une excellente continuité au service de vos électeurs dans Saanich–Gulf Islands », a pour sa part offert le chef des conservateurs, Andrew Scheer.

L'avortement et l'élection

Alors que le Parti vert a obtenu le meilleur résultat électoral de son histoire le mois dernier, certains observateurs avaient prédit que le parti gagnerait encore plus de sièges, étant donné le nombre d'électeurs qui considèrent les changements climatiques comme un enjeu majeur.

Interrogée sur le fait de savoir si elle aurait dû se retirer plus tôt, Mme May a déclaré lundi qu'elle restait une leader populaire et a affirmé que le parti avait fait face à des vents contraires aux dernières élections en raison de sales tactiques (dirty tricks).

La politicienne avait suscité une controverse juste avant le déclenchement de la campagne électorale lorsque, dans une entrevue accordée à l'émission Power & Politics de CBC News Network, elle avait déclaré qu'elle n'empêcherait pas ses députés de présenter une loi anti-avortement. Le parti a par la suite affirmé qu'il n'y a aucune chance qu'un de nos élus rouvre un jour le débat sur l'avortement.

Est-il plutôt temps de « rajeunir » le parti en élisant une ou un chef moins âgé? Non, c'est simplement une question d'avoir quelqu'un d'autre, a lancé Mme May, même si presque tout le monde est plus jeune que moi!

Peut-être une autre génération plus jeune, pourquoi pas? Peut-être un nouveau visage pour avoir le momentum...

En français!

La question de la connaissance du français, enfin, se retrouvera au cœur du processus de sélection du prochain chef, a assuré Daniel Green, militant de longue date et candidat défait dans Outremont lors des dernières élections.

Pour moi, il est impensable qu'en 2019, un chef de parti fédéral ne soit pas bilingue, a-t-il dit, en affirmant que la connaissance des deux langues officielles serait un critère « très important ».

L'ex-candidat s'est toutefois porté à la défense de sa chef, elle dont la qualité du français a été critiquée au cours de la dernière campagne. Je pense qu'il faut saluer les anglophones qui font l'effort d'apprendre le français, le français politique, de débattre en français, a-t-il ajouté, avant de mentionner que le français d'autres chefs avait lui aussi été critiqué.

Ce faisant, M. Green faisait référence, sans les nommer, aux chefs du Nouveau Parti démocratique et du Parti conservateur, Jagmeet Singh et Andrew Scheer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !