•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bonheur du travailleur augmente clairement sa productivité

Un homme apparaît à côté de trois icônes : heureux,  neutre, et malheureux.

Les employés ont évalué leur bonheur sur une base hebdomadaire pendant six mois.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des employés réalisent environ 13 % de ventes en plus les semaines où ils déclarent être heureux, par rapport aux semaines où ils se disent malheureux, montre une étude internationale.

L’économiste Jan-Emmanuel De Neve de l’Université d'Oxford, au Royaume-Uni, et des collègues américains et européens ont suivi les employés d’un centre d’appel de l'entreprise British Telecom pendant six mois.

Nous avons constaté que lorsque les travailleurs sont plus heureux, ils travaillent plus rapidement en faisant plus d'appels par heure travaillée et, surtout, en transformant plus d'appels en ventes.

Jan-Emmanuel De Neve

Le lien entre le bonheur et la productivité a souvent été étudié, mais le Pr De Neve estime que les conclusions des présents travaux sont les plus claires à ce jour.

Notre étude fournit les premières preuves causales sur le terrain de cette relation. Il n'y a jamais eu de preuves aussi solides.

Jan-Emmanuel De Neve

British Telecom est l’un des employeurs britanniques privés les plus importants.

Les chercheurs ont demandé aux employés participants d'évaluer leur bonheur sur une base hebdomadaire pendant six mois au moyen d'un simple sondage qu’ils remplissaient et retournaient par courriel. Ils devaient associer leurs états à l’un des cinq émojis (de très triste à très heureux).

Le Pr De Neve et ses collègues ont ensuite associé les résultats de ces sondages menés auprès des employés avec les données concernant leur assiduité, leurs horaires de travail, leur taux de conversion des appels en vente et la satisfaction de la clientèle.

L'étude a également tenu compte de variations extérieures, telles que les conditions météorologiques régionales concernant les 11 centres d’appels de l’entreprise. La recherche a mis en évidence un lien négatif entre le mauvais temps et le bonheur des travailleurs.

En outre, les chercheurs ont constaté que les travailleurs heureux ne travaillent pas plus d'heures que leurs collègues malheureux. Ils sont simplement plus productifs pendant leur temps au travail.

Cette productivité accrue des employés heureux est associée à trois facteurs :

  • Ils font plus d'appels à l'heure;
  • Ils respectent plus leur horaire de travail;
  • Ils convertissent plus d'appels en ventes

Bien que le bonheur des employés soit clairement dans l'intérêt des travailleurs eux-mêmes, notre analyse suggère que c'est aussi dans l'intérêt de leurs employeurs, conclut le Pr De Neve.

Le détail de cette étude est publié sur le site Said Business School Research Paper Series (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Économie

Science