•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernard Landry immortalisé par Hydro-Québec

Décédé l'an dernier, l'ancien premier ministre péquiste donnera son nom à deux ouvrages hydroélectriques de la Baie-James.

Photo où l'on voit la veuve de l’ancien premier ministre, Chantal Renaud-Landry, et ses enfants, Pascale, Julie-Anne et Philippe Landry. Aussi sur la photo, Éric Martel, PDG d'Hydro-Québec, le premier ministre François Legault, Abel Bosum, grand chef de la Nation Crie et l’ancien chef cri Ted Moses.

La veuve de l’ancien premier ministre, Chantal Renaud-Landry, était présente lors de l’annonce tout comme ses enfants, Pascale, Julie-Anne et Philippe Landry. Aussi sur la photo, Éric Martel, PDG d'Hydro-Québec, le premier ministre François Legault, Abel Bosum, grand chef de la Nation Crie et l’ancien chef cri Ted Moses.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

Le barrage Eastmain-1 et la centrale Eastmain-1-A porteront dorénavant le nom de l'ex-premier ministre péquiste Bernard Landry. Le réservoir Eastmain-1 sera quant à lui rebaptisé « réservoir de la Paix des Braves ».

Ces changements de nom ont été annoncés lundi matin au siège social d'Hydro-Québec, à Montréal, en présence du premier ministre François Legault et de nombreux dignitaires, dont l'ancien grand chef du Grand Conseil des Cris Ted Moses, qui a signé la paix des braves avec Bernard Landry en 2002.

Bernard Landry va rester pour moi une inspiration dans toutes les décisions que je prendrai au cours des prochaines années, et je pense qu'il va rester dans notre mémoire pour toujours, une mémoire que je salue au nom de toute la nation québécoise, a déclaré le premier ministre Legault, qui a souligné que les modifications toponymiques avaient été adoptées en accord avec la nation crie.

Le grand chef du Grand Conseil des Cris, Ted Moses, et le premier ministre du Québec, Bernard Landry.

Le premier ministre du Québec, Bernard Landry, et Ted Moses, grand chef du Grand Conseil des Cris se félicitent après avoir signé la paix des braves le 7 février 2002, à Waskaganish, au Québec.

Photo : La Presse canadienne / JACQUES BOISSINOT

Bernard Landry est décédé le 6 novembre 2018 à l'âge de 81 ans. Rapidement, la Ville de Laval a donné son nom à un parc municipal, mais le gouvernement a voulu attendre un an avant de dévoiler la manière dont il entendait célébrer la mémoire de l'ancien premier ministre, qui a dirigé le Québec de 2001 à 2003.

Les trois ouvrages rebaptisés lundi sont situés sur la Baie-James. Ils ont pu être construits grâce à la « paix des braves » – une entente historique signée entre le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris.

L'aval du barrage hydroélectrique Eastmain-1-A.

Le barrage hydroélectrique Eastmain-1-A portera dorénavant le nom de l'ancien premier ministre Bernard Landry.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

En signant cet accord, les Cris ont mis un terme à leurs revendications territoriales et ont abandonné des poursuites judiciaires. En échange, ils ont obtenu le versement à la communauté de 4,5 milliards de dollars sur 50 ans, une plus grande autonomie et une participation accrue au développement économique du territoire Eeyou Istchee.

Ce que nous vivons, aujourd’hui, à Eeyou Istchee Baie-James, est la preuve que le premier ministre Landry était également un visionnaire.

Abel Bosum, grand chef du Grand Conseil des Cris

En 2002, le premier ministre Landry avait une vision et il s’est engagé auprès de la Nation crie afin que nous puissions assumer les rôles et les responsabilités du gouvernement, et ce, de manière concrète, a rappelé le grand chef Abel Bosum, qui dirige aujourd'hui le Grand Conseil des Cris. Entrevoir ce potentiel longtemps d’avance et permettre à deux peuples d’exprimer leur volonté, de changer de direction et de marcher ensemble exigent des leaders visionnaires et fidèles à leurs convictions.

Voisin de... Robert Bourassa

Le nom de Bernard Landry s'ajoutera à ceux de plusieurs autres premiers ministres déjà immortalisés par Hydro-Québec.

En 1996, par exemple, le complexe La Grande (LG-2) de la Baie-James a pris le nom d'« Aménagement Robert-Bourassa » pour rendre hommage à l'ancien premier ministre libéral – surnommé « le père de la Baie-James » – qui a permis la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois lors de son second mandat, en 1975.

Trois autres installations hydroélectriques sur la Côte-Nord portent le nom d'anciens chefs de gouvernement, soit la centrale Jean-Lesage (Manic-2), la centrale René-Lévesque (Manic-3) et le barrage Daniel-Johnson (Manic-5), décédé sur place de manière inattendue, la veille de son inauguration, en 1968.

Le premier ministre Legault a par ailleurs indiqué lundi que la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, avait désigné Bernard Landry « personnage historique » en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique