•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hommages au petit Hunter s’accumulent devant la maison où il a été poignardé

Deux personnes se réconfortent lors d'une vigile au Centre des sciences de la santé, mercredi soir, tandis qu'un enfant de 3 ans était entre la vie et la mort après avoir été poignardé. Un homme de 33 ans a été accusé de tentative de meurtre.

Photo : Radio-Canada / Trevor Bines

Radio-Canada

Des ours en peluche, des jouets, de la nourriture et des messages de condoléances s’amoncellent à l'extérieur d'une maison où un garçon de 3 ans a été poignardé à plusieurs reprises pendant son sommeil cette semaine. Une veillée est prévue à 19 h dimanche pour rendre hommage au petit Hunter Straight-Smith, mort samedi après que sa mère a décidé de le débrancher de son respirateur artificiel.

Nous voulions simplement lui adresser nos prières, dit Irene Strykowski, qui s’est arrêtée quelques instants en revenant de l'église, en compagnie de sa soeur, Margaret, devant la maison située avenue Pritchard, dans le nord de la ville.

C’est là que Hunter Straight-Smith, un enfant de 3 ans a été poignardé à trois reprises avant que les policiers ne le découvrent vers 2 h 30, mercredi.

Quand j'ai appris cela, ça me fait mal. Un enfant de 3 ans, ça vous prend directement au cœur, explique Margaret Strykowski. Nous devions nous arrêter.

Il y a des gens qui ont entendu parler de ça et qui sont horrifiés et il y a des gens qui ne connaissent pas forcément la famille, mais tous sont là pour elle, souligne Irene Strykowski.

Un enfant est photographié debout, souriant, face à la caméra.

Hunter Straight-Smith, 3 ans, a été débranché samedi des systèmes qui le maintenaient en vie au Centre des soins de la santé de Winnipeg, à la demande de sa mère.

Photo : photo soumise par la famille

Plusieurs chefs d'accusation

Daniel Jensen, 33 ans, a été inculpé de tentative de meurtre et de voies de fait causant des lésions corporelles. Il fait également face à six chefs d’accusation de non-respect des conditions d'un engagement et de non-respect d'une ordonnance de probation.

La gravité de ces accusations pourrait être accrue, selon la police de Winnipeg.

Ce crime a particulièrement frappé le travailleur social Mitch Bourbonnière.

On ne peut pas abandonner, il faut au contraire travailler plus fort pour aller à la rencontre des gens en difficulté et offrir des espaces propices à la guérison, estime-t-il.

Semaine sanglante à Winnipeg

La mort du garçon est l'aboutissement d'une semaine sanglante. Samedi dernier, une fille de 14 ans a été poignardée mortellement dans le quartier de Tyndall Parc.

Quelques heures plus tard, deux hommes ont été abattus par balles dans le quartier Centennial.

Jeudi matin, un homme est mort après une attaque dans le West End. Tôt samedi matin, une fusillade a éclaté dans une boîte de nuit au centre-ville de Winnipeg, faisant un mort.

Mitch Bourbonnière espère que ce triste bilan poussera Winnipeg à s'unir contre la violence. C’est dommage que cela prenne la mort d’un enfant, mais peut-être que l’on pourra travailler plus fort afin d’améliorer notre communauté.

Manitoba

Homicide