•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne encourage les employeurs à offrir plus que le salaire minimum

Chargement de l’image

Le salaire minimum de 14 $ de l'heure en Ontario ne permet pas à plusieurs citoyens de subvenir à leurs besoins, selon les organisateurs de la campagne.

Photo : Reuters / Mark Blinch

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une campagne visant à promouvoir la nécessité pour les employeurs d’octroyer à leurs employés un salaire décent est organisée lundi dans 22 communautés ontariennes. Les organisateurs comptent démontrer les effets d’une rémunération adéquate sur la qualité de vie des travailleurs.

Le directeur général du Centre d'éducation et d'appui des travailleurs de Sudbury, qui est responsable de la campagne à Sudbury, Scott Florence, indique qu’historiquement, le salaire minimum a été instauré pour être un salaire décent.

Nous avons perdu ce principe il y a très longtemps, et nous devons retourner à cette notion selon laquelle il est du ressort de l’employeur de s’assurer que les gens qu’il embauche peuvent vraiment gagner leur vie, note-t-il.

« Sinon, nous sommes en train de dire que ce que nous voulons réellement, c’est que les chefs d’entreprise et les sociétés soient riches tandis que les travailleurs deviennent des esclaves. »

— Une citation de  Scott Florence, directeur général du Centre d'éducation et d'appui des travailleurs de Sudbury

M. Florence définit le salaire décent comme étant la somme d’argent qu’il faut gagner par heure pour être capable de couvrir ses dépenses de base et être actif dans sa communauté.

Le réseau Ontario Living Wage Network établit ce salaire à plus de 22 $ à Toronto et à 16,98 $ de l'heure dans le Grand Sudbury. Il s’agit, dans ce dernier cas, de près de 3 $ de plus que le salaire minimum en vigueur actuellement en Ontario.

Alors que le gouvernement libéral de Kathleen Wynne s’était engagé à hausser le salaire minimum à 15 $ de l’heure dès le 1er janvier 2019, le gouvernement progressiste-conservateur a décidé en septembre 2018 de le geler à 14 $.

M. Florence souligne que les employeurs, de manière générale, pourraient tirer profit de l’octroi d’un salaire décent à leurs employés.

Lorsqu’on paie des salaires trop bas, les gens n’ont pas d’incitatif pour rester dans cet emploi, donc il y a un grand roulement de personnel. Le remplacement constant des travailleurs coûte réellement de l’argent, que ce soit en heures supplémentaires que le reste des employés doivent travailler ou la formation des nouveaux travailleurs, affirme-t-il.

« Des employés bien rémunérés sont plus productifs et leur loyauté envers les entreprises augmente. »

— Une citation de  Scott Florence, directeur général du Centre d'éducation et d'appui des travailleurs de Sudbury

Le gouvernement Ford a également annulé le projet pilote de revenu minimum garanti qui avait été mis en place par le gouvernement libéral précédent. Près de 4000 Ontariens y étaient inscrits.

Des présentations de divers intervenants communautaires sur l’incidence du revenu sur la santé et la sécurité alimentaire seront entre autres offertes au cours de la journée.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !