•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide gouvernementale espérée pour l’électrification du transport collectif en Gaspésie

Un véhicule de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM) tourne un coin de rue.

Passer du carburant à l'électricité permettrait à la RÉGÎM d'économiser et d'offrir plus de trajets.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Régie intermunicipale de transport Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM) veut remplacer le carburant par l’électricité comme source d’énergie. Mais, elle a besoin d’une aide gouvernementale qui tarde à venir, selon le président, Daniel Côté.

La RÉGÎM transporte entre 75 000 et 80 000 personnes et effectue environ 600 000 km par année en Gaspésie et aux Îles.

Je l’utilise pour des raisons environnementales,  explique une cliente. Pas besoin de prendre mon véhicule chaque jour. C’est un moyen très facilitant pour moi. Ça répond beaucoup aux horaires des travailleurs.

Un conducteur au volant d'un véhicule de la RÉGÎM

Le conducteur d'un véhicule de la RÉGÎM

Photo : Radio-Canada

Le passage à l’énergie électrique permettrait à la RÉGÎM de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et de réaliser des économies.

Il faudrait transformer la flotte de près d’une vingtaine de véhicules etinstaller des bornes électriques sur le territoire. Le coût du projet est de 7 millions de dollars.

Nous, ce que ça nous permettrait comme régie de transport, c’est d’offrir plus de déplacements et plus de flexibilité. S’il en coûte un cinquième du prix pour rouler avec des bus électriques, c’est du temps de transport qu’on peut donc ajouter, indique Daniel Côté, président du conseil d’administration de la RÉGÎM et préfet de la MRC Côte-de-Gaspé.

Québec vient d’annoncer un nouveau programme d’aide pour inciter les réseaux de transport collectifs à électrifier leur flotte.

Un véhicule de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM)

Un véhicule de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM)

Photo : Radio-Canada

Le programme peut même financer jusqu’à 95 % des coûts du projet. Le problème, pour la Régie,  c’est qu’elle n’est pas propriétaire de la flotte.

Ce sont six entreprises privées qui sont propriétaires de la flotte de véhicules qui nous livrent cela en sous-traitance, explique M. Côté. Est-ce que les privés sont admissibles au programme? On n’a pas la réponse au moment où l’on se parle. Donc on doit continuer de travailler là-dessus.

Si les propriétaires obtenaient la confirmation qu’ils sont effectivement admissibles au nouveau programme, ajoute Daniel Côté, l’organisme pourrait procéder au lancement des appels d’offres pour des véhicules électriques dès 2020.

Avec les informations de Bruno Lelièvre

En complément :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !