•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture des bars à 3 h : les résidents du Vieux-Hull ont des avis partagés

Des façades de restaurants par temps gris.

Les rues du Vieux-Hull

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après six mois du projet-pilote sur l'heure d'ouverture des bars à 3 h plutôt que 2 h dans le Vieux-Hull, les résidents du quartier ont des avis partagés sur ses résultats.

Bernard Hurteau, membre de l'Association des résidents de Hull, dit être dérangé par le bruit des fêtards. Il habite tout près de certains établissements et a remarqué que la sortie des bars se fait beaucoup plus tard depuis cet été.

Les gens arrivent vers 1h, 1 h 30 pour finir la soirée ici, dit-il, en spécifiant qu'auparavant, les gens commençaient à quitter le quartier vers 1 h 30.

Bernard Hurteau, membre de l'Association des résidents de Hull

Bernard Hurteau, membre de l'Association des résidents de Hull

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Selon lui, l'heure supplémentaire fait en sorte que les facultés des clients qui sortent à 3 h du matin sont encore plus brouillées qu'elles ne l'étaient avant.

À trois heures du matin, les gens sont éméchés un peu plus. Quand ils sortent des bars, ils font beaucoup plus de bruit, lance-t-il.

Ce n'est pas juste les fins de semaine. On commence les mercredis, jeudis, vendredis, samedis. C'est beaucoup pour la patience des résidents.

Une citation de :Bernard Hurteau, membre de l'Association des résidents de Hull

Il se réjouit toutefois de l'absence de violence dans les rues depuis le lancement du projet-pilote. D'ailleurs, la Ville avait prévu le coup en ajoutant deux policiers pour tout le secteur de Hull pour la durée du programme.

Malgré tout, M. Hurteau craint que les habitudes des consommateurs des années 1990 refassent surface et que la violence soit en hausse.

Les anciennes croyances que la ville de Hull, c'est l'fun, c'est ludique, ça commence à revenir tranquillement.

Andrée Marley en entrevue à Radio-Canada.

Andrée Marley apprécie le fait que les bars soient ouverts jusqu'à 3 h dans le Vieux-Hull jusqu'au mois de février.

Photo : Radio-Canada

De son côté, Andrée Marley dit ne voir aucune différence autour de chez elle depuis six mois.

Pour les gens d'Ottawa, pour qui ça finit à 2 h, il y en a qui peuvent venir ici après. Ça leur fait une raison de découvrir le Vieux-Hull. Ça fait découvrir notre ville.

Une citation de :Andrée Marley

Ça se passe super bien. Je trouve juste que ça fait de plus belles soirées, estime la résidente du Vieux-Hull.

Une grosse différence pour les établissements

Éric Gaudreault, membre du conseil d'administration de la Mission centre-ville et copropriétaire du café-bistro Le Troquet, voit le projet-pilote d'un autre œil.

L'heure supplémentaire permet à son établissement de servir les clients plus longtemps et d'éviter que ceux-ci partent trop tôt.

Ça permet à la clientèle de partir et de ne pas toujours sortir des bars de Hull en se disant : "Maintenant on va où?" Ça va super bien, dit-il.

Même s'il applaudit l'initiative, M. Gaudreault comprend la frustration de résidents comme M. Hurteau.

C'est normal qu'ils aient ce discours. Ils ont la crainte que ça revienne comme avant.

Une citation de :Éric Gaudreault, membre du C.A. de la Mission centre-ville et copropriétaire du café-bistro Le Troquet

M. Gaudreault souligne être ouvert à travailler avec les résidents, mais il rappelle que le quartier a toujours été connu pour ses activités en soirée.

Un homme avec une casquette en entrevue à la caméra.

Le copropriétaire du Troquet, Éric Gaudreault.

Photo : Radio-Canada

On est dans le seul secteur ludique de Gatineau. C'est important d'avoir une vie de jour, une vie de soirée, une vie nocturne également, souligne-t-il.

Un retour en arrière possible

Le projet-pilote devrait normalement se poursuivre jusqu'au 17 février, à moins qu'il y ait une montée de la violence et que la Ville décide d'y mettre fin plut tôt.

La suite des choses sera déterminée après le mois de février, selon la rétroaction des différents groupes qui seront consultés et des informations cumulées par le Service de police de la Ville de Gatineau.

Pour Éric Gaudreault toutefois, il ne fait aucun doute que le projet devrait être reconduit. Le gros bon sens serait de dire : "Le projet a super bien été.

Avec les informations de Claudine Richard et Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !