•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du cannabis pour traiter un cancer chez les chiens

Un chien sortant d'une clinique vétérinaire à Gaspé

L'étude vise à déterminer si les propriétés anticancéreuses potentielles du cannabidiol peuvent tuer les cellules cancéreuses et, le cas échéant, comment. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Collège vétérinaire de l'Ontario de l'Université de Guelph mènera une étude au cours des trois prochaines années afin de déterminer si le cannabis pourrait être utilisé pour traiter le cancer de la vessie chez le chien.

C'est l'une des premières études explorant le sujet depuis la légalisation.

Sam Hocker et une petite équipe de chercheurs de l'Université de Guelph examineront les effets du cannabidiol (CBD) sur les cellules cancéreuses, ainsi que sur la chimiothérapie et la radiothérapie chez le chien.

Nous n'avons vraiment pas beaucoup d'information à propos des chiens en ce moment pour dire [si] ça va marcher? Et dans ces différentes idées de traitement du cancer ou d'autres aspects, a déclaré Sam Hocker.

Une vétérinaire qui inspecte un chien

Les chercheurs estiment que la consommation de cannabis, même sur les animaux de compagnie, fait l’objet d’une stigmatisation. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Ses recherches visent à déterminer si les propriétés anticancéreuses potentielles du cannabidiol peuvent tuer les cellules cancéreuses et, le cas échéant, comment.

Sam Hocker a déclaré qu'il avait choisi d'étudier le cannabis en tant que traitement potentiel du cancer de la vessie chez le chien car, selon son expérience, la maladie est très frustrante à traiter.

Il a ajouté que le cancer de la vessie est une maladie très invasive chez le chien et qu'il est également assez résistant à la plupart des traitements. Sam Hocker a déclaré que les vétérinaires ne peuvent pas enlever chirurgicalement la tumeur comme le font les médecins en médecine humaine.

Nous n'avons pas beaucoup de bonnes thérapies pour fournir des résultats à long terme à ces patients, a-t-il déclaré.

De mon point de vue, si nous voulons nous attaquer à un cancer, autant s'attaquer à un qui est frustrant pour nous.

Une citation de :Sam Hocker, chercheur, Université de Guelph

La copropriétaire de la clinique vétérinaire Dunnville, Kadri Uukkivi, estime que l’étude est un pas important pour la médecine vétérinaire et pourrait offrir plus d'occasions pour des traitements alternatifs.

Cela va nous permettre d’avancer pour mettre sur le marché des produits que nous pouvons légalement prescrire et recommander, ce que nous ne pouvons pas faire pour le moment, a-t-elle déclaré.

Carol Beauparlant, conseillère en cannabis de la clinique, a déclaré que l'étude contribuerait également à réduire les risques chez les propriétaires qui utilisent déjà des produits à base de cannabis pour traiter d'autres maladies chez leurs animaux.

Nous contribuons à la réduction des risques en en parlant.

Une citation de :Carol Beauparlant

Nous voulons qu'ils soient ouverts sur ce qu'ils font et sur ce qu'ils choisissent [d'utiliser] sur leurs animaux domestiques et nous devons leur donner les conseils appropriés sur la sécurité d'utilisation et les avantages potentiels pour leurs animaux domestiques.

Mme Beauparlant ajoute que la consommation de cannabis fait l’objet d’une stigmatisation, même si elle est utilisée sur des animaux de compagnie, et elle exhorte les propriétaires à parler à leurs vétérinaires s’ils utilisent des produits contenant du cannabis sur leurs animaux de compagnie.

Surmontez la stigmatisation. La stigmatisation doit cesser, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !